Mediaterre

   

Petit déjeuner de travail des Ministres et chefs de délégation des pays francophones à la 11ème Conférence des Parties à la Convention cadre des Natio


Petit déjeuner de travail des Ministres et chefs de délégation des pays francophones
organisé à l’Initiative de
l’Honorable Jacques Saada, Ministre du Canada responsable de la Francophonie
dans le cadre de la 11ème Conférence des Parties à la Convention Climat

Montréal, 8 décembre 2005

Le jeudi 8 décembre 2005, en marge du segment ministériel de la 11ème Conférence des Parties (CdP-11) à la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements Climatiques, à l’hôtel Hyatt Regency de Montréal, les Ministres et Chefs de délégation des pays membres de la Francophonie, se sont retrouvés autour d’un petit-déjeuner-de travail, à l’invitation de l’Honorable Saada, Ministre canadien de la Francophonie.

Une cinquantaine de personnes dont 14 Ministres ont répondu à l’invitation.

L’Honorable Stéphane Dion, Ministre de l’environnement du Canada et Président de la CdP-11 a marqué cette rencontre d’une brève intervention dans laquelle il a donné un aperçu synthétique des négociations en cours à la Conférence des Parties, de leurs enjeux et des résultats que le Canada espère obtenir quant au régime futur de gestion du climat au niveau international.

Cette intervention a été suivie de celle de Monsieur El Habib Benessahraoui, Directeur exécutif de l’IEPF qui a salué les participants au nom du Secrétaire Général de l’Organisation Internationale de la Francophonie et remercié le Canada pour son initiative qui permet aux chefs de délégation des pays membres de l’OIF d’échanger sur les enjeux de la conférence à un moment critique des négociations. Il a ensuite brièvement rendu compte des activités réalisées par l’IEPF en marge de la CdP-11 au niveau de la préparation des négociateurs et de l’Initiative francophone de partenariat pour le Mécanisme de développement propre (IFP-MDP) lancée en avril dernier dans le but de structurer l’action de la Francophonie dans ce domaine clef pour la mise en œuvre de la convention climat. Il a conclu son intervention en évoquant par ailleurs l’importance que revêtent aujourd’hui les problèmes reliés à la vulnérabilité et à l’adaptation et pour lesquels une initiative similaire à l’IFP-MDP devrait être envisagée.

L’Honorable Jacques Saada, Ministre Canadien de la Francophonie et Président du Petit-déjeuner de travail, a, quant à lui, souligné le rôle qu’a joué et continue de jouer la Francophonie dans les négociations internationales sur l’environnement. Celle-ci peut ajouter, a-t-il indiqué, " une voix puissante au consensus qui se crée et qui se renforce ici à Montréal autour du problème le plus important de l’heure dans le monde ". Il s’est félicité des initiatives variées que la Francophonie a prises, notamment dans le cadre des négociations sur le climat, pour donner corps à cette voix, et de l’appui qu’elle a apporté à la réalisation d’une initiative lancée au Sommet de Ouagadougou par le Premier Ministre du Canada en ce qui concerne les négociations sur le Climat et le Mécanisme de Développement propre (MDP). Après un bref rappel des soutiens diversifiés du Canada à ces activités au niveau de la Francophonie et dans l’espace francophone, avec notamment la signature de protocoles d’entente, M. Saada a fait part des actions envisagées à court terme dans ce cadre : traduction en français des décisions du Conseil Exécutif du MDP, appui direct au renforcement des capacités en particulier pour la préparation de notes d’idées de projets et de descriptifs de projets dans le cadre du MDP.

Ce fut au tour du Ministre Sénégalais de l’environnement, Son Excellence M. Lo, d’introduire les échanges sur la vulnérabilité et l’adaptation aux impacts des changements climatiques. Il a relevé le fait paradoxal que les pays en développement dans lesquels sévit la pauvreté et qui sont les moins outillés pour lutter efficacement contre ces impacts, sont les plus exposés et les premières victimes des pertes de production, de la famine, des inondations, de la destruction des infrastructures structurantes, des maladies endémiques… qui caractérisent ces impacts. Il a souligné la nécessité pour ces pays de se doter de plans nationaux d’adaptation aux changements climatiques (PANA) et le rôle que la coopération internationale peut et doit jouer pour développer dans ces pays les capacités de lutte et d’adaptation à ces effets néfastes.

Le mot de la fin est revenu au Ministre français de l’Écologie et du Développement durable, son Excellence Madame Nelly Olin dont l’intervention a porté sur la 2ème période d’engagement, au-delà de 2012. Elle a, d’entrée de jeu, affirmé la nécessité de " poursuivre et renforcer le Protocole de Kyoto après 2012 ". Reconnaissant dans ce contexte que les seuls efforts des pays industrialisés ne suffiront pas à atteindre les objectifs ultimes de la Convention, elle a indiqué la nécessité d’une forme d’engagement de la part des pays en développement, soulignant cependant que des objectifs absolus et contraignants seraient inadaptés. Elle a passé en revue différentes modalités de participation de ces pays au régime de maîtrise des émissions : création des conditions qui favorisent des décisions d’investissement compatibles avec une trajectoire sobre en carbone; les engagements sans pénalités; l’extension du MDP au-delà de la formule projet par projet, à des secteurs entiers de l’économie, des options de politiques et mesures…Elle a conclu en formulant le souhait que dans ce débat planétaire, les francophones " se rapprochent le plus possible pour faire entendre leur voix, la voix de la Francophonie".


[cdp11-cccc]
Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0