Mediaterre

   

Le “Global Island Partnership” lancé par le président de Palau à la CdP 8 à la convention sur la biodiversité, Curitiba, Brésil


Le 29 mars 2006, à la 8e Conférence des Parties à la Convention sur la biodiversité qui se tient actuellement à Curitiba, au Brésil (122 ministres et 4000 délégués), le président de Palau, parlant au nom du président de l'Indonésie, du vice-président des États fédérés de Micronésie, de Grenade et du Kiribati, a lancé le “Global Island Partnership”, destiné à augmenter les aires protégées marines et terrestres comme contribution majeure pour atteindre les objectifs des chefs d’États de réduire la perte de la biodiversité d'ici 2010.

Les 100 000 îles parsemées autour du monde regroupent plus de 600 millions de personnes, un quart des nations du monde, 16% des espèces connues de la planète et davantage que la moitié de la biodiversité marine tropicale du monde. 30% des récifs de corail du monde sont sévèrement endommagés et 60% seront peut être perdu d'ici 2030. La moitié des espèces perdues du monde ont été des espèces insulaires. L’honorable Tommy E. Remengesau Jr., président de Palau a affirmé que « pour répondre aux défis uniques des îles, nous avons besoin d'une approche unique et d'une réponse spécifique. Le “Micronesia Challenge” est notre réponse commune ».

Le “Micronesia Challenge” concentre au moins 30% des aires marines et 20% des forêts des pays autour de la Micronésie. La conservation en jeu ici représente plus de 20% des îles de la région Pacifique et protégera 10% de la zone de récifs et près de 462 espèces de coraux, représentant 58% de tous les coraux connus.

Ahmed Djoghlaf, le secrétaire exécutif de la Convention sur la diversité biologique, a dit à ce sujet que « l'établissement des aires protégés a été l'une des grandes "success stories" de l’histoire de la conservation de la nature. Depuis l'établissement du parc national de Yellowstone aux États-Unis il y a 100 ans, le nombre d’aires protégées a considérablement augmenté, jusqu’à atteindre plus de 11% de la surface de la Terre. Cependant, le développement des aires protégées marines a traîné. En effet, moins de 1% des océans et mers du monde bénéficient du statut d’aires protégées marines. La tragédie du tsunami de décembre 2004 dans l'Océan Indien a démontré que les écosystèmes tels que les récifs de corail et les mangroves sont non seulement des pépinières essentielles pour des poissons et d'autres formes de vie marines, mais également des défenses normales essentielles contre la mer, capables de protéger les communautés côtières, leurs propriétés et leur riche biodiversité côtière. J’invite des chefs d'État du monde à saisir l'occasion de la neuvième Conférence des Parties qui se tiendra en 2008 en Allemagne pour accompagner ce mouvement et poser des engagements concrets pour atteindre l’objectif de freiner la perte de la biodiversité d'ici 2010 ».

Omer Ntougou, pour l’IEPF
[CDB-CDP8]
Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0