Mediaterre

   

Grippe aviaire: menace potentielle à la biodiversité


La grippe aviaire fait les manchettes car on craint ses effets potentiels sur la santé humaine, mais elle pourrait aussi avoir des incidences sur la biodiversité. Le virus H5N1 menace principalement les espèces d’oiseaux, mais pourrait affecter indirectement des espèces de mammifères. Le PNUE indiquait récemment que les grands félins, d’autres mammifères (martes, belettes, blaireau, etc.) et jusqu’à 80 % des oiseaux pourraient être affectés. Notamment, on a observé au Cambodge que des tigres et léopards nourris de poulets malades étaient ensuite morts. On peut ainsi appréhender l’effet que pourraient avoir des oiseaux migrateurs infectés sur la faune d’écosystèmes spéciaux, telles les îles Galápagos. Les pays, tel le Brésil, dont la biodiversité aviaire est très riche, devrait ainsi importer avec précaution les volailles.

Parallèlement, le spectre de la grippe aviaire pourrait diminuer la consommation de poulet, ce qui pourrait pousser certaines populations à consommer plus de viande de brousse. Cette réaction pourrait mettre en jeu des espèces dont les populations sont déjà en déclin et nuire d’autant plus à des espèces fragilisées par la chasse – certains grands singes, par exemple.

Cependant, le Secrétaire exécutif de la Convention sur la diversité biologique, dont les pays membres terminent aujourd’hui leur huitième Conférence (Curitiba, Brésil), jette un regard constructif sur cette situation. Il souligne que la biodiversité réduite des espèces domestiques explique en partie leur sensibilité actuelle face aux épidémies et donc, que prévenir les épidémies est un argument supplémentaire en faveur de la protection de la biodiversité.
Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2022 Médiaterre V4.0