Mediaterre

   

Le Secrétaire général de l’OCDE voit plus loin que Copenhague


" Bien que loin d'être parfait, l'accord de Copenhague représente un accord politique arraché de dure lutte. La plupart des pays sont susceptibles de le signer et il représente, à ce titre, une étape décisive vers une action collective internationale visant à limiter les émissions mondiales et à construire des économies plus propres, plus résistantes ", a déclaré le Secrétaire général de l'OCDE, M. Angel Gurría.

L'ensemble de mesures prévu par l'Accord, qui comprend des financements nouveaux pour les pays en développement, a été approuvé à la fois par les dirigeants des principaux pays émetteurs et par ceux des petits États vulnérables. En outre, la 15ème Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) en a pris note.

" Nous comptons bien oeuvrer avec le Mexique et plus largement avec la communauté internationale pour, idéalement, établir dans le cadre de la CCNUCC un accord juridiquement contraignant pour après 2012 à la 16ème Conférence des Parties (COP16), qui aura lieu en 2010 à Mexico. Pour y parvenir, il importe que les organisations internationales jouent un rôle de premier plan en éclairant les discussions et en favorisant une compréhension identique des enjeux parmi les parties aux négociations ".

Au cours de l'année qui vient, l'OCDE entamera des discussions avec les gouvernements, fournira des conseils sur la conception et encouragera la mise en oeuvre de politiques efficaces par rapport à leur coût pour s'adapter au changement climatique et en atténuer les effets.

 [cdp15-cccc]  

[COP16-climat]

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0