Mediaterre

   

La conférence de la CITES sera un moment charnière de cette année pour prendre des mesures en faveur de la biodiversité


Plus de 40 propositions seront soumises à considération lors de la prochaine conférence triennale de la CITES qui se tiendra à Doha (Qatar) du 13 au 25 mars. Certains gouvernements proposent notamment de cesser d'appliquer la réglementation CITES à des espèces qui ne sont plus menacées grâce aux efforts de la Convention depuis son entrée en vigueur il y a 35 ans.

Bon nombre de ces propositions reflètent la préoccupation internationale croissante face à l'accélération de la destruction des écosystèmes marins et forestiers du monde, qui résulte de la surpêche et de l'abattage excessif des arbres, et des impacts potentiels du changement climatique sur les ressources biologiques de la planète. L'assemblée générale de l'ONU a déclaré 2010 l'année de la biodiversité et la conférence de la CITES sera un moment charnière de cette année pour prendre des mesures en faveur de la biodiversité.

Les autres questions inscrites à l'ordre du jour incluent l'adoption de mesures urgentes pour s'attaquer au commerce illégal du tigre, des rhinocéros et d'autres espèces au bord de l'extinction, pour examiner les impacts potentiels des mesures de la CITES sur les moyens d'existence des pauvres en milieu rural, qui sont souvent en première ligne dans l'utilisation et la gestion des espèces sauvages, et pour allouer des ressources financières suffisantes afin que la CITES puisse atteindre pleinement ses buts. Une augmentation substantielle du budget sera nécessaire pour garantir la mise en oeuvre correcte des mesures dont l'adoption sera proposée à Doha. Le budget annuel actuel du Secrétariat CITES est d'environ 5 millions de dollars américains.

"2010 sera une année décisive pour la biodiversité, une année qui devait marquer un tournant dans le rythme d'appauvrissement de la biodiversité d'importance économique, mais cela ne sera pas le cas. 2010 doit donc voir émerger un nouvel engagement et un redoublement d'efforts de la part de la communauté internationale pour atteindre cet objectif. La CITES constitue un élément essentiel pour relever ce défi. En garantissant une réglementation appropriée du commerce international des espèces sauvages, la CITES contribue à protéger la biodiversité de la planète de la surexploitation et à assurer une gestion durable et plus efficace de ce patrimoine naturel" - a déclaré Achim Steiner, Secrétaire général adjoint des Nations Unies et Directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l'environnement, qui administre le Secrétariat CITES.

 

 [TagCRIS09]

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0