Mediaterre

   

Processus ODD : Consultation thématique sur la durabilité environnementale


 

 La France, le Costa Rica  et le système des Nations-Unies (Programme des Nations-Unies pour l'Environnement (PNUE) et  le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) co-facilitent  une consultation thématique sur " la durabilité environnementale " dans le cadre du processus de définition des objectifs de développement durable. La consultation lancée en ligne en décembre 2012, comprendra des ateliers, et devrait arriver à terme en juin 2013.
Un atelier a été organisé les 18 et 19 mars 2013 à San José au Costa Rica pour discuter de ce qui devrait être la durabilité environnementale dans le futur Agenda de développement post-2015. Au cours de cette rencontre, quatre-vingt-huit représentants d'organisations intergouvernementales, du secteur privé et de la société civile, ainsi que des représentants du gouvernement et de l'ONU, ont examiné les résultats de la première phase de cette consultation thématique mondiale sur la durabilité de l'environnement débutée en novembre. Il s'est agi pour les participants de :

  •    établir un consensus sur les questions clés qui devraient encadrer la durabilité environnementale dans l'Agenda de développement post-2015, en tenant compte des interrelations, des pilotes et des acteurs;
  •   identifier les domaines où le dialogue, la sensibilisation et l'innovation sont nécessaires pour bâtir un consensus autour des discussions sur la thématique; ces domaines serviront de cadre  à la suite de la consultation,
  •   développer un réseau de leaders et de penseurs émergents du monde entier qui continuent à s'engager dans la discussion et à accroître la visibilité et la sensibilisation autour des questions de durabilité environnementale vers le monde que nous voulons.

Les participants ont reconnu globalement que le développement durable ne saurait être atteint sans avoir un pilier environnemental. La durabilité environnementale ne doit pas être, pour les participants, un accessoire au développement, mais un principe directeur de la durabilité et du bien-être humain.
Pour eux, l'Agenda de développement post-2015 est une occasion d'élever la prise en compte de la durabilité environnementale et de promouvoir un dialogue mondial sur les dimensions interdépendantes et multiples du développement durable.
Des discussions se sont tenues, notamment autour des liens entre la durabilité environnementale et certains thèmes :

  •    En ce qui concerne les relations entre la réduction de la pauvreté et la durabilité environnementale, il a été indiqué que les populations pauvres et marginalisées sont plus dépendantes de l'environnement pour leur subsistance. C'est pourquoi l'impact de la dégradation de l'environnement est plus fortement ressenti (en termes de santé, de revenus...). Il est  donc nécessaire de faire des suggestions précises sur la façon de tenir compte des interconnexions entre le bien-être humain et l'environnement dans l'agenda post-2015.
  •   La durabilité environnementale et  l'égalité : à ce sujet, il est ressorti à plusieurs reprises que les inégalités (différents niveaux d'accès aux  éco-services, à l'eau, l'air pur, l'énergie propre et renouvelable ...) peuvent entraver la réalisation de la durabilité environnementale.
  •   La durabilité environnementale, les droits humains, la paix et la sécurité : pour les participants, il existe des liens évidents entre la durabilité de l'environnement et les droits humains. D'ailleurs, ont-ils indiqué, de nombreuses constitutions nationales reconnaissent les droits de leurs  citoyens à un environnement sain.

Au cours des discussions, il a été indiqué que le développement durable et la durabilité environnementale se construiront efficacement avec tous les acteurs sans marginalisation. Selon Sabine Bock de Women in Europe for a Common Future: "l'égalité des sexes et l'égalité en tant que telle est vraiment une condition sine qua non pour un développement durable". Allant dans le même sens, Carlos Manuel Rodriguez, vice-président chargé des politiques de conservation à Conservation International, a affirmé  que  "les questions liées à l'égalité des chances, l'égalité, le rôle des communautés autochtones et des approches fondées sur les droits doivent être soulignées".
Par ailleurs, les participants ont suggéré, en ce qui concerne la durabilité environnementale, que le contenu et les principes de la Déclaration du Millénaire restent valables, mais la direction et le leadership fournis par le document final de Rio 20 ainsi que les objectifs environnementaux convenus au niveau international doivent être pris en compte pour assurer la durabilité environnementale. Entre autres suggestions, celles qui suivent ont émergé des discussions:

  •   La durabilité environnementale doit être pleinement intégrée: la durabilité de l'environnement doit être au cœur de l'agenda post-2015.
  •    La durabilité environnementale doit reposer sur la bonne gouvernance et l'égalité: Une société inégalitaire, entre pays et générations, ne peut pas être une société durable.

De l'avis de certains participants, comme l'a souligné Myrna Cunningham Kain, Autochtone de la communauté de Waspam : "Il est important de comprendre le point de vue des peuples autochtones, si nous voulons parler de la durabilité environnementale".
D'autres participants ont insisté sur l'importance de la responsabilité et de  la justice sociale pour la durabilité environnementale grâce à un engagement accru de la société civile et du secteur privé.
Il a été relevé que la dégradation de l'environnement et les inégalités croissantes résultant d'un modèle de croissance économique actuel, ont besoin d'un changement fondamental.  Des propositions de facteurs de changements ont été faites dans ce sens: le renforcement de la gouvernance et de la responsabilité, l'éducation, le renforcement des capacités locales et l'autonomisation locale, des mesures incitatives morales et monétaires...

 

 

 

 


[PROCESSODD]

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2022 Médiaterre V4.0