Compte-rendu de la conférence "Insécurité et solidarité internationale au Sahel "


Le CARI, en partenariat avec le groupe Ingénieurs Sans Frontière (ISF) montpelliérain a organisé une conférence-débat le 18 novembre à Montpellier intitulée " Insécurité et solidarité internationale au Sahel: vers une nouvelle approche du développement ? ".

Cinq intervenants tous expérimentés en matière de solidarité internationale dans les régions sahéliennes ont proposé leur témoignage: André Marty, sociologue et pastoraliste retraité de l'Institut de Recherches et d'Applications des Méthodes de développement (IRAM) et actuel vice président du CARI; Emmanuel Ball, membre actif de l'association Solidarités Tiers Monde (STM); Alain Catherine, administrateur du CARI et formateur à l'agroécologie; Yvette De Peyer, co-exploitante en maraîchage biologique au Vigan (Hérault, France); et Patrice Burger, directeur du CARI.

Parmi les principaux constats du résumé proposé sur le site web du Groupe Travail Désertification :

  • Malgré la forte dégradation de la sécurité au Sahel depuis une quinzaine d'années, quelques ONG internationales ont toutefois pu maintenir des partenariats.   
  • Dans la situation actuelle qui se prolonge, de nouvelles approches de partenariats Nord-Sud émergent, sur la base du renforcement des capacités des acteurs locaux pour un meilleur développement de leur milieu. L'émergence de nouvelles gouvernances doit être notamment favorisée par des projets menés dans le cadre de la solidarité internationale, "réussis" du fait de leur gestion durable car locale, et portée par un responsable local dynamique, désintéressé et honnête.
  • Afin de ne générer aucun conflit, aucune composante des populations concernées ne doit être négligée, et le chargé de projet doit bénéficier de leur confiance à chacune au-delà du fait de toutes les avoir identifiées.
  • En parallèle, les bailleurs de fonds ainsi que les associations ou structures partenaires doivent accepter une certaine flexibilité dans leur fonctionnement (importance de l'oralité, adaptation aux coutumes, etc).
  • Par ailleurs, une majeure partie des terres où règne l'insécurité correspond à des zones pastorales : très décrié par le passé, le pastoralisme reste une valeur fondatrice du revenu des populations locales et revient au coeur des échanges à propos du développement sahélien (colloques N'Djamena en mai, Nouakchott en octobre). Il doit être mieux intégré aux projets de solidarité internationale.

Consulter le lien à droite pour lire le résumé intégral.

Source : Groupe Travail Désertification

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2014 Médiaterre V4.0