Mediaterre

   

Les praticiens et décideurs du domaine du financement des infrastructures de la CEEAC édifiés sur les opportunités et risques des PPP à Yaoundé


D'après Maximilien Queyranne, du département des finances publiques au Fonds mondial international (FMI), "les PPP (partenariats public-privé) sont des contrats de longue durée en vertu desquels le secteur privé fournit des biens et services d'infrastructures qui sont traditionnellement du ressort de l'État". C'était au cours de la Conférence régionale pour le financement des grands projets dans l'espace Afrique centrale, initiée par le FMI, le 10 février 2014.

Les PPP présentent un atout d'efficience et de rendement par la maîtrise du dépassement des coûts et des retards, la meilleure conception des projets et qualité des services, et la garantie d'un entretien approprié.

Bien plus, l'État peut se départir de la gestion courante pour se concentrer sur les seuls produits et les résultats escomptés.

Du volet risques, on aura retenu qu'"une approche PPP inadéquate peut amplifier les risques budgétaires, en créant des passifs conditionnels et engagements futurs ainsi que des rigidités budgétaires".

A travers l'exposé de l'expert du FMI, des indications pratiques pour atténuer ces risques ont été données aux praticiens et décideurs dans le domaine du financement des infrastructures au sein de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC).

Dans le registre des caractéristiques, entre autres, les PPP durent généralement "25 à 30 ans, voire plus", et constituent l'exécution et le financement privés des investissements publics.

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0