Mediaterre

   

Cameroun-Congo : les modalités de réalisation de la centrale hydroélectrique de Chollet définies


Les deux pays ont signé le 7 mars dernier à Brazzaville, le protocole d’accord relatif à l’organisation et au fonctionnement du comité Inter-États de pilotage du projet de construction du barrage de Chollet. Ce sont les ministres de l’Eau et de l’énergie du Cameroun, Basile Atangana Kouna et de l’Énergie et de l’hydraulique du Congo, Henri Ossebi, qui ont paraphé le document y relatif.
A l’issue de la signature du protocole, les résolutions suivantes ont été prises : le siège sera basé à Brazzaville. Le Cameroun va occuper le poste de directeur général du projet et le directeur général adjoint sera originaire du Congo. Le démarrage des travaux de construction de l’ouvrage est prévu pour novembre 2018, même si les parties congolaise et camerounaise sont optimistes pour l’année prochaine. « D’ici à 2016, on peut déjà penser au début des travaux (…) », rassure le ministre congolais Henri Ossebi.
Le projet Chollet d’une capacité de 600 mégawatts va renforcer l’interconnexion électrique entre les deux pays et éventuellement avec d’autres États voisins dans le cadre des accords du Pool énergétique de l’Afrique centrale (PEAC). Selon le secrétaire permanent du PEAC, Jean Chrysostome Mekondongo, le barrage de Chollet est un projet intégrateur qui vient combler le retard accusé par l’Afrique centrale dans le domaine électrique. 
Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2018 Médiaterre V4.0