Mediaterre

   

Les gouvernements locaux et régionaux, acteurs importants de la coopération pour un développement inclusif


Le Comité de pilotage du Partenariat mondial pour une coopération efficace au service du développement s'est réuni les 3 et 4 septembre au Mexique, à l'invitation du ministère mexicain des Affaires Etrangères. Avec le soutien du Secrétariat du Groupe de travail CIB, le Champion de CGLU sur la coopération pour le développement, Berry Vrbanovic, maire de Kitchener et trésorier adjoint de CGLU, a participé à cette réunion au nom des gouvernements locaux et régionaux représentés par CGLU et FOGAR à l'occasion de ce forum.

Le Comité de pilotage s'est réuni pour traiter du rôle du Partenariat mondial et de la façon dont il peut garantir la réalisation des nouveaux Objectifs du Développement Durable (ODD) par le biais d'une coopération efficace pour le développement. L'exercice de suivi sur l'efficacité de la coopération pour le développement, qui sera mis en place dans 58 pays, et les préparations du prochain Symposium de haut niveau au Kenya (novembre 2016) étaient également inscrits à l'ordre du jour.

Le rôle du Partenariat dans la réalisation des ODD

Le coprésident néerlandais Ploumen, ministre du Commerce international et de la Coopération pour le développement, a lancé un appel auprès des membres du Comité de pilotage pour qu'ils renforcent l'attention que le Partenariat mondial accorde à l'échange de connaissances et à l'apprentissage, notamment pour mettre en œuvre de façon efficace les ODD.  Les membres du Comité ont souligné que des partenariats multi-acteurs efficaces seront essentiels pour atteindre ces objectifs. Il faut une authentique appropriation des processus de développement par la base.

Les gouvernements locaux veulent obtenir une participation significative

En tant que représentant de CGLU, M. Vrbanovic a rappelé l'importance pour le Partenariat d'assurer le suivi de qualité de la coopération pour le développement afin de contribuer de manière significative au nouvel Agenda de développement qui sera approuvé à New York ce mois-ci.  De plus, il a sollicité que le rôle primordial joué par les gouvernements locaux dans tous les processus du Partenariat soit reconnu à sa juste mesure.  Il a également souligné l'importance d'inclure les gouvernements locaux et d'autres acteurs dans les dialogues nationaux portant sur la définition et la mise en œuvre des stratégies nationales de développement.

Ce plaidoyer a été relayé par plusieurs acteurs, tels que les organisations de la société civile, les parlementaires et les syndicats. Le représentant de la Commission européenne, Klaus Rudischauser, a lancé un appel pour que ce modèle soit mis en place dans un groupe de pays pilotes.  Cette proposition a été soutenue par les membres du Comité de pilotage. Le Salvador a déjà réalisé des progrès sur ce modèle et peut être cité comme exemple à cet égard.

Par ailleurs, M. Vrbanovic a participé à des réunions avec des représentants de la société civile et a fait part de l'engagement de CGLU à collaborer avec tous les acteurs impliqués.

Vers l'avenir

Les gouvernements locaux et régionaux continueront à soutenir cet agenda, notamment en :

  • promouvant la mise en œuvre locale des ODD comme partie intégrante de l'agenda sur l'efficacité de la coopération pour le développement ;
  • présentant des exemples de bonnes pratiques et de défis pour lesquels les gouvernements locaux sont ou doivent être inclus au niveau de la définition et de la mise en œuvre des stratégies nationales ; il faut aussi garantir la participation des gouvernements locaux à la prochaine série de réunions de suivi sur les engagements du Partenariat pour une coopération efficace au service du développement ;
  • organisant une session préparatoire pour les gouvernements locaux avant le Symposium de haut niveau (novembre 2016) pour garantir la présence active d'une délégation au Kenya ;
  • poursuivant le partenariat stratégique avec les organisations de la société civile, les parlementaires et les syndicats. 

Contexte

Le Partenariat mondial pour une coopération efficace au service du développement a été établi à l'occasion du quatrième Forum de haut niveau (HLF4, selon l'acronyme anglais) à Busan (2011) dans le but d’assurer que la coopération au service du développement ait un impact maximal sur les résultats du développement. Le Partenariat a établi la Déclaration de Paris sur l'efficacité de l'aide au développement (2005) et le Programme d'action d'Accra (2008). Les discussions sur l'efficacité du développement sont nées de la volonté de garantir un plus grand impact de la coopération pour le développement et une réalisation plus efficace des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Tandis que les OMD se focalisaient sur le « quoi », le programme de l'efficacité de l'aide et du développement tente de définir le « comment ». Le Partenariat actuel est soutenu par l'OCDE et le PNUD et est présidé par le Malawi, le Mexique et les Pays-Bas. CGLU/FOGAR détiennent un siège commun au Comité de pilotage depuis avril 2014. Des efforts ont été réalisés de la part de CGLU/FOGAR, avec la participation active de la Commission de CGLU sur la coopération au développement et la diplomatie des villes et de son Groupe de travail CIB, afin de promouvoir le rôle des gouvernements locaux et régionaux en tant que mécanismes efficaces pouvant renforcer le développement et la coopération décentralisée.

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0