Le Cameroun mauvais élève en matière de promotion du genre


10 femmes seulement figurent dans une équipe gouvernementale de plus d’une soixantaine de ministres et assimilés, après le réaménagement du 02 octobre 2015.

Au regard de ce quota, le Cameroun, dirigé par le président de la République Paul BIYA, apparaît encore comme un État (de l’Afrique centrale) où les femmes ne sont pas suffisamment impliquées dans le cercle de décisions, mieux dans la gestion des affaires de la cité.

Une véritable injustice sociale lorsqu’on sait, selon les chiffres disponibles, que le sexe féminin représente à lui seul près de 60% de la population camerounaise.

C’est dire si les pouvoirs publics sont vivement interpelés par l’Objectif du Développement durable (ODD) n°5 (des 17 nouveaux objectifs de l’ONU à l’horizon 2030), axé sur la promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes.

Ces 10 élues du gouvernement qui a pour Premier ministre Philemon YANG sont : Mme MBA ACHA née FOMUNDAM Rose NGWARI, ministre déléguée à la présidence de la République chargée du Contrôle supérieur de l’État ; Mme NGUENE née KENDECK Pauline Irène, ministre des Affaires sociales ; LIBOM LI LIKENG née MENDOMO Minette, ministre des Postes et Télécommunications ; Mme KOUNG à BESSIKE Jacqueline, ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières ; YOUSSOUF née ADJIDJA ALIM, ministre de l’Éducation de base ; Mme ABENA ONDOA née ABENA Marie Thérèse, ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille ; Mme ANANGA MESSINA née BEYENE Clémentine, ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et du Développement rural ; Madeleine TCHUINTE, ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Mme DIBONG née BIYONG Marie Rose, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Habitat et du Développement urbain et Mme KOULSOUMI ALADJI épouse BOUKAR, secrétaire d’État auprès du ministère des Forêts et de la Faune.

[POST2015G] 

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0