Mediaterre

   

L'ONU appelle à investir dans l'autonomie des femmes et des filles par la science


A l'occasion de la Journée internationale des femmes et des filles en science, la Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a appelé jeudi à investir dans l'autonomie des femmes et des filles par et dans la science.

« Le nouveau Programme de développement durable à l'horizon 2030 souligne le potentiel de la science comme moteur de changement pour les droits humains et la dignité, pour l'éradication de la pauvreté et la protection de la planète », a déclaré Mme Bokova dans un message à l'occasion de cette Journée.

« En cette première Journée internationale des femmes et des filles en science, le message de l'UNESCO est clair - le nouveau Programme 2030 ne peut tenir ses promesses qu'à la condition d'investir dans l'autonomie des femmes et des filles par et dans la science », a-t-elle ajouté.

Près de 21 ans après la Déclaration et Programme d'action adoptés lors de la 4e Conférence mondiale sur les femmes, à Beijing, les femmes restent sous-représentées dans les sciences naturelles.

Selon le dernier Rapport de l'UNESCO sur la science, les femmes ne représentent que 28% des chercheurs dans le monde et les écarts augmentent quand les niveaux de décision sont plus élevés. Les femmes ont moins facilement accès au financement, aux réseaux, aux postes à responsabilités, ce qui crée pour elles un désavantage dans la publication d'articles dans des revues scientifiques de haut niveau.

Selon Mme Bokova, cette situation appelle un changement profond et durable, en commençant par une meilleure participation à tous les niveaux des femmes et des filles dans l'enseignement des sciences, dans la formation et dans la recherche, dès le plus jeune âge.

« L'accès des filles et des femmes à la science, à la technologie, à l'ingénierie et aux mathématiques (STEM) sera compromis tant que les filles et les femmes seront exclues de l'école, et constitueront la majorité des enfants, des jeunes et des adultes analphabètes. Cet écart pénalise toute la société, car aucun pays ne peut se développer avec seulement la moitié de sa créativité, de son énergie et de ses rêves », a-t-elle dit.

Elle a rappelé les initiatives de l'UNESCO pour promouvoir des femmes et des filles dans la science, comme le programme L'Oréal-UNESCO pour les femmes et la science, l'Organisation pour les femmes et la science dans le monde en développement, et le Partenariat mondial pour l'éducation des filles et des femmes, qui met l'accent sur l'éducation aux STEM.

« En cette première Journée internationale des femmes et des filles en sciences, j'appelle tous nos partenaires et tous les gouvernements à redoubler d'efforts pour autonomiser les filles et les femmes à travers et dans la science, comme une des clés du succès du Programme 2030 », a conclu Mme Bokova.

Communiqué de l'ONU
Extrait sonore Radio ONU : Mise en perspective : Isabelle Dupuis

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2022 Médiaterre V4.0