Mediaterre

   

ONG : ce qu'il faut retenir de la signature de l'Accord de Paris


Le 22 avril, plus de 171 pays se sont réunis au siège des Nations unies à New York pour signer l’accord sur le climat adopté à la COP21 afin de maintenir le réchauffement climatique en dessous du seuil critique de 1.5°C. Pour se faire, chaque pays signataire doit appliqué les décisions prises par des actions concrètes.

C’est ce qu’annonce Samantha Smith directrice de l’Initiative globale énergie climat du WWF, « Les gouvernements ont annoncé ensemble vouloir agir vite afin de mettre en œuvre l'Accord de Paris : c’est une bonne chose mais c’est loin d’être suffisant. Nous avons maintenant besoin d’une action immédiate, amplifiée et collaborative pour le climat en ce qui concerne les énergies renouvelables, les forêts et les financements afin d’éviter les pires impacts du changement climatique. »

Selon Pascal Canfin, directeur général du WWF France, « L’Accord de Paris est signé par 171 pays : c’est un record symbolique mais ce n’est qu’un symbole. Les engagements pris à Paris nous conduisent vers un réchauffement de 3°C. La volonté de François Hollande d’aller plus vite et plus loin est donc une bonne chose mais encore faut-il qu’elle se traduise dans les faits. Il en va de même pour l’Union européenne qui doit au plus vite ratifier l’Accord de Paris si elle ne veut pas perdre son leadership. Nous sommes optimistes mais resterons vigilants ! » 

Selon Les Amis de la Terre, Réseau Action climat France et d’autres organismes, cet accord ne doit pas rester une lettre morte. Il doit se traduire par des politiques publiques émanant de tous les gouvernements de la planète et notamment en France.  La France a donc rendez-vous avec sa propre politique climatique le 25-26 avril à l’occasion de la conférence environnementale. En effet, les politiques publiques françaises ne répondent toujours pas à l’urgence climatique. Une rupture permettra de mettre en évidence des objectifs ambitieux de la Cop21 et ceux de la loi de la transition énergétique. Il faut rapidement étendre la transition énergétique aux secteurs des transports, de l’agriculture et de la production de froid et de chaleur. La France doit être cohérente avec l’Accord de Paris. Comme annoncé par François Hollande, lors de la première conférence environnementale en 2012, le projet de faire de la France la nation de « l’excellence environnementale » en suivant « l’Agenda des solutions ».

Les pays ayant signés l’Accord de Paris ne doivent plus soutenir les modèles économiques qui dégradent le climat. L'Accord de Paris restera ouvert à la signature pendant un an, jusqu'au 21 avril 2017.  Il ne rentrera en vigueur qu’après avoir été ratifié par 55 pays représentant 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.


Sources: 

WWF

Quelle cohérence pour la France en 2016 ?

[CdP21_climat] 

KARAKAYA Düdü

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0