Mediaterre

   

La désignation de nouveaux Points de l'espoir approuvés par l'UICN et Mission Blue provoque un soutien mondial pour la protection des océans


Les 14 nouveaux Points de l’espoir, qui incluent Hatteras en Caroline du Nord et Malpelo au large de la Colombie, ont été évalués pour leurs qualités exceptionnelles par le Conseil conjoint des Points de l’espoir Mission Blue/ UICN.

L’annonce fait suite à une approbation scientifique rigoureuse des nominations suggérées par les citoyens et organisations du monde entier, appelant à une protection accrue des océans. En autorisant les citoyens à élire leurs propres Points de l’espoir, Mission Blue et l’UICN espèrent déclencher un large soutien public envers un réseau mondial d’aires marines protégées assez grand pour protéger et restaurer la santé des océans.

« Ce processus de nomination des Points chauds est une façon d’encourager les citoyens à s’approprier l’environnement et à se responsabiliser vis à vis de lui » explique Sylvia Earle, Fondatrice de Mission Blue et exploratrice en résidence de la National Geographic Society. « L’océan a des problèmes, mais vous pouvez faire quelque chose. Rejoignez notre communauté mondiale pour devenir des leaders et réaliser cet objectif commun. Nous voulons que les citoyens s’approprient leurs océans et que les Points de l’espoir deviennent une vision partagée. Ce partenariat entre l’UICN et Mission Blue est une solution pour lutter contre les graves problèmes de l’océan. »

Les Points de l’espoir sont de nouvelles zones requérant une protection ou des aires marines protégées existantes où des mesures accrues en faveur de la conservation sont nécessaires. Alors qu’environ 15 pour cent des régions terrestres bénéficient actuellement d’une forme de protection, moins de 4 pour cent des océans sont protégés, ce qui les rend vulnérables face à la surpêche, la pollution et la surexploitation.

 « Le processus de nomination des nouveaux Points de l’espoir permet à toute personne, quelle qu’elle soit et d’où qu’elle vienne, de nommer un site marin qu’elle considère spécial et qu’elle juge unique pour le monde de la conservation » déclare le Directeur du Programme mondial Milieu marin et polaire de l’UICN. « Cela signifie que pour la première fois, la communauté mondiale peut avoir son mot à dire dans la protection des océans. »

« Ce partenariat entre Mission Blue et l’UICN sur les Points de l’espoir a des conséquences importantes pour la conservation communautaire et responsibilisera les personnes à se protéger elles-mêmes, leur donnant ainsi une chance d’être entendues. »

Sylvie Earle a lancé le concept des Points de l’espoir lors de sa conférence TED de 2009, et depuis lors son idée a inspiré des millions de personnes, avec le soutien du National Geographic et de Rolex.

Des partenaires technologiques aident à promouvoir les Points de l’espoir à des milliards de personnes dans le monde : c’est le cas de Google, qui va intégrer les Points de l’espoir à sa plateforme, permettant ainsi aux utilisateurs de découvrir, comprendre et apprécier les remarquables systèmes vivants de l’océan.

Il y a actuellement 76 Points de l’espoir dans le monde, par exemple le Parc marin de la baie de Moreton en Australie, les récifs spongieux de glace du détroit d’Hecate, le détroit de la Reine-Charlotte et les Jardins de la Reine à Cuba.

Pour en savoir plus

[UICN2016]

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2018 Médiaterre V4.0