Mediaterre

   

Fascinée par la nature, et alors?


Par Cheriti Oumnya de l’organisme Le flambeau vert de l'environnement et étudiante à l’Université des Frères Mentouri Constantine (Algérie)

Je suis actuellement étudiante en master écologie et environnement à l’université. Comme je trouvais qu’il n’y avait pas assez de travaux pratiques à mon goût, j’ai rejoint l’association «Le flambeau vert de l’environnement».

À l’été 2015, nous avons lancé l’événement «Utilisons le couffin!». Qu’il soit en feuilles de palmier (Doum) ou en osier tressé, cet événement a fait ressusciter le couffin à Constantine. La tendance s’est même généralisée dans le pays, au point au chacun relooke le sien maintenant, et c’est vraiment beau.

En février 2016, on a démarré le projet «Ecotour25». Le projet permet (1) une ouverture des responsables locaux sur la participation des ONG à la stratégie environnementale ; (2) une amélioration des capacités des ONG écologistes à proposer des solutions pertinentes aux problèmes environnementaux ; (3) et un renforcement du dialogue entre les partenaires institutionnels et société civile dans le domaine de l’environnement.

Un mode de vie plus sain

En plus des projets, j’ai adopté un mode de vie plus sain. Je partage avec vous dix trucs pour s’engager pour le climat.

  • J’en parle autour de moi: Je partage des informations sur les changements climatiques avec mes camarades, ma famille et amis. Cela permet à chacun de donner son point de vue, et de débattre les solutions ensemble.
  • J’ai changé mes habitudes de transport: Dorénavant je préfère me déplacer en Tramway à l’intérieur de la ville, et j’évite de me déplacer en avion quand c’est possible.
  • Je participe aux travaux environnementaux: Avec l’association, je suis au courant des événements de reboisement, de nettoyage et d’aménagement d’espaces verts.
  • J’économise l’eau : À la maison ou en dehors, je favorise les douches aux bains, mon père vérifie constamment les fuites et la chasse d’eau, et ça se reflète bien sur notre facture.
  • Je fais part de mes opinions : Avant je donnais rarement mon opinion sur les changements climatiques, maintenant que j’ai acquis un certain savoir, je peux conseiller, ou débattre avec les gens autours de moi sur le sujet.

  • Je n’achète plus de cosmétiques polluants: Je reste une fille qui adore se pomponner, maintenant je lis la composition, je choisis des produits moins polluants, et surtout depuis maintenant un an, je bannis les produits avec les microbilles en plastique.
  • Je favorise les produits locaux: Que ce soit des aliments, du linge et même des produits beauté. Je chanceuse que ma ville soit connue pour son artisanat, j’adore tout ce qui est décorations en cuivre, ou en osier.
  • On se chauffe moins l’hiver: On habite un immeuble et on a remarqué que nos voisins de dessus et dessous se chauffaient, donc pas besoin de le faire chez nous. Résultat: on allume le chauffage qu’une dizaine de jours par hiver.
  • On réduit notre consommation électrique: Éteindre plutôt de mettre en veille la plupart des appareils électroniques peut vraiment faire une différence.
  • Je m’informe: J’essaie de ne rater aucune conférence ou cours magistral, les forums et ateliers locaux et même à l’international (COY11et CdP21 à Paris, MYCF et MEDCOP22 à Tanger) qui m’ont beaucoup aidée à me former, m’exprimer, débattre et surtout trouver des solutions et les communiqué aux acteurs sociaux.

Et je deviens ainsi engagée!

***

Cet article s’inscrit dans le cadre de l’initiative «Jeunes francophones dans l’action pour le climat» qui vise à faire connaître l’engagement de la jeunesse francophone pour le climat. Ce projet est une initiative d’ENvironnement JEUnesse en collaboration avec l’Institut de la Francophonie pour le développement durable (IFDD), organe subsidiaire de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0