Mediaterre

   

BNT : Faits marquants de la 17e session de la Conférence sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction : 25 septembre 2016


La CdP 17 à la CITES s'est réunie de nouveau dimanche après-midi. Après la sortie de l'impasse sur le règlement intérieur, les participants se sont divisés en deux comités pour poursuivre les délibérations. Le Comité I a examiné, entre autres, les coraux et les anguilles, tandis que le Comité II a examiné les questions budgétaires, notamment la façon dont le Secrétariat pourrait répondre aux demandes liées à la croissance de l'intérêt et de la participation relatifs à la CITES. Des groupes de travail se sont réunis tard dans la soirée, notamment un groupe d'Asie fermé sur les plans d'action nationaux pour l'ivoire et le système d'information sur le commerce des éléphants, et une assemblée trilatérale sur les coraux comprenant le Japon, la Chine et les États-Unis...

DANS LES COULOIRS

Les délégués ont poussé un soupir de soulagement collectif alors que la sortie de l'impasse entre les États-Unis et l'UE sur le règlement intérieur était abordée d'une façon permettant à la CdP de poursuivre ses travaux, à savoir l'évaluation de l'impact du commerce sur les espèces de flore et de faune menacées. Les espèces marines ont prédominé dans les conversations informelles de dimanche, certains délégués pestant contre l'absence de données historiques dans les évaluations du groupe d'experts de la FAO contribuant à l'inscription des espèces marines. D'autres étaient agréablement surpris par le déroulement relativement tranquille de l'examen des anguilles et du Napoléon, étant donné, en particulier, que certains délégués avaient auparavant soutenu que ces espèces marines devraient être traitées par l'intermédiaire des ORGP. Entre-temps, les délégués des nouvelles Parties à la CITES se sont vus submergés de lions, pangolins et éléphants en peluche offerts par des ONG soucieuses de s'assurer leur soutien. Que ces tactiques aient fonctionné ou non, les nouveaux venus à la CITES étaient ravis d'avoir des peluches à rapporter chez eux pour leurs enfants.

Lire la suite du compte rendu du Bulletin des Négociations de la Terre
Lire le bulletin précédent

Source : Bulletin des Négociations de la Terre

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0