Mediaterre

   

BNT : Faits marquants de la 17e session de la Conférence sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction : 26 septembre 2016


La CdP 17 à la CITES s'est réunie en comités tout au long de la journée. Le Comité I a examiné des questions relatives aux espèces marines, notamment les requins et les raies, l'Acoupa de MacDonald et le lambi, ainsi que les ébènes, les bois de rose et les bois d'agar. Le Comité II a examiné un ensemble de points de l'ordre du jour ayant trait aux éléphants.

REQUINS ET RAIES (ELASMOBRANCHII SPP.): Rapport du Secrétariat: Le Secrétariat a présenté le document sur les requins et les raies (CoP17 Doc.56.1). L'ÉGYPTE a déclaré qu'il est nécessaire de renforcer davantage les capacités aux niveaux national et régional afin de contrecarrer la couverture médiatique négative sur les requins. L'UNION EUROPÉENNE (UE), les FIJI, les MALDIVES, les TONGA, le SAMOA et le BRÉSIL ont soutenu les projets de décisions proposés. Les FIJI ont exhorté les délégués à communiquer aux organisations régionales de gestion des pêches (ORGP) leurs données sur les espèces inscrites à la CITES afin d'améliorer l'évaluation des stocks.

Le JAPON a proposé des modifications, notamment la suppression de la référence à la Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage (CMS). La CMS, soutenue par ISRAËL, les ÉTATS-UNIS et la NOUVELLE-ZÉLANDE, a fait observer que de nombreuses Parties à la CITES sont également membres de la CMS et du Mémorandum d'entente sur la conservation des requins migrateurs, et s'est opposée à la proposition du Japon visant à supprimer la référence à la CMS.

La Présidente du Comité a invité le Japon, la Nouvelle-Zélande, Israël, l'Islande et les États-Unis à former un groupe de rédaction chargé d'examiner les modifications proposées par le Japon...

DANS LES COULOIRS

Si les discussions sur les espèces marines ont eu lieu dans les eaux relativement calmes du Comité I, le Comité II ressemblait plutôt à un concert de rock à guichets fermés avec certains délégués et observateurs obligés de s'asseoir à même le sol. Au terme de discours passionnés pour ou contre l'établissement d'un mécanisme de prise de décisions (MPD) pour le commerce légal de l'ivoire d'éléphant, le très serein Président Jonathan Barzdo a adroitement guidé les Parties durant trois votes distincts (dont l'un à scrutin secret à la demande de l'Afrique du Sud) sur trois propositions, qui ont toutes été rejetées. Ces points de l'ordre du jour étant peu susceptibles d'être approuvés en séance plénière, les votes ont pour ainsi dire fermé la porte, pour l'instant, au commerce légal international de l'ivoire d'éléphant; quoiqu'un vétéran de la CITES ait fait observer que des possibilités existent pour présenter des propositions à la prochaine CdP en vue d'autoriser les ventes d'ivoire.

Lire la suite du compte rendu du Bulletin des Négociations de la Terre
Lire le bulletin précédent

 

Source : Bulletin des Négociations de la Terre

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0