Adresse de rentrée du second trimestre du Ministre de l'éducation Nationale et de l'Alphabétisation du Burkina Faso


Chères collaboratrices, chers collaborateurs,

Vous l'aurez compris, pour 2017, nous allons consolider les acquis de 2016 et surtout engager l'école burkinabè dans le troisième millénaire.Pour ce faire, il nous faut recréer un écosystème scolaire où l'élève s'épanouira au triple plan physique, intellectuel et moral afin que notre école soit apte à combattre l'incivisme, l'indiscipline et la violence que cela soit du fait de ses acteurs ou d'acteurs externes. Nous avons le devoir et fort heureusement aussi le pouvoir de faire de l'espace scolaire un havre où les potentialités des apprenants s'épanouissent, se développent et s'ouvrent au soleil du savoir, en lettres, en sciences, mais aussi en arts, en sports et en culture. Je voudrais à ce sujet saluer la création dans le nouvel organigramme adopté le 28 décembre 2016, de la direction de l'enseignement artistique et culturel (DEAC).

Afin de mieux promouvoir les arts et la culture à l'école, d'encourager la créativité artistique, de faire connaître le patrimoine culturel dans une saine émulation, en collaboration avec la Présidence du Faso et les ministères en charge de la Culture et de la Communication nous allons organiser un concours de chants, contes et slam dans tous les établissements secondaires du pays.

Chères collaboratrices, chers collaborateurs,

Le temps est également venu d'accélérer l'entrée de l'école burkinabè dans la révolution numérique pour utiliser les immenses potentialités qu'offre les TIC dans l'enseignement/ apprentissage et pour réduire la fracture qui existe entre les formés dans notre école et le monde connecté dans lequel nous évoluons aujourd'hui. Les TIC sont une opportunité pour développer les compétences numériques, bénéficier de l'immensité des savoirs en ligne et assurer l'éducation aux médias et à l'information. C'est pourquoi, 2017 verra le lancement de la réalisation du schéma d'intégration et de systématisation de l'utilisation des TIC dans l'éducation. Dans cette perspective, le démarrage de l'Initiative francophone pour la formation à distance des maitres (IFADEM) dès le premier trimestre, avec l'accompagnement de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), l'Agence universitaire de Francophonie (AUF), l'Institut de la Francophonie pour l'Éducation et la Formation (IFEF) et les pays d'Afrique des Caraïbes et du Pacifique (ACP) verra le lancement de la formation de 2 000 enseignants (1 800 du primaire et 200 du post-primaire).

Chères collaboratrices, chers collaborateurs,

L'amélioration de la gouvernance, la transparence dans la gestion et la gestion économe de nos ressources seront poursuivies et intensifiées avec le concours de tous. Des actions vigoureuses seront menées pour réduire les gaspillages, assurer un meilleur suivi des activités et du fonctionnement. Les maitres mots seront honnêteté, probité, engagement et détermination au travail, redevabilité. Chacun à son poste sera redevable de ses pratiques au niveau de son administration comme l'a dit SEM le Président du Faso dans son discours de rentrée judicaire 2016-2017 le 3 octobre 2016.Pour finir, je vous souhaite tout au long de cette année, de maintenir vive la passion de votre travail et de ressentir au finale, la joie indicible de celui qui permet qu'un rêve de gamin devienne réalité.
Chers partenaires sociaux,

L'année 2016 nous a montré que malgré des conditions de travail parfois difficiles et des insuffisances çà et là, notre sens élevé de l'intérêt général et de l'éducation et sa qualité nous a permis dans un dialogue responsable et assumé, de maintenir l'agenda scolaire à flot.Je souhaite que notre dialogue soit renforcé et continue de se centrer sur la fourniture d'une éducation de qualité aux enfants burkinabè. Je souhaite dans cette perspective que cette éducation, ces enfants, leur avenir, l'avenir du Burkina Faso ne puissent jamais pâtir de nos insatisfactions ou de nos colères, mêmes légitimes.Pour ma part, comme en 2016, demeurent ma disponibilité et mon engagement à rechercher avec vous les solutions aux préoccupations que vous viendriez à me soumettre. Nous avons ensemble l'opportunité de changer positivement notre école, alors il nous faut agir sans plus attendre.

Chers élèves,

En cette année nouvelle, je vous souhaite beaucoup de réussite dans vos études et je voudrais vous redire ces mots que le Pasteur Martin Luther King a adressés à la jeunesse de son temps et qui est d'actualité en 2017. « Je ne pourrais assez insister sur l'importance des années d'études. Vous devez comprendre que des portes s'ouvrent maintenant, qui ne furent ouvertes ni à vos pères ni à vos mères. Vous devez travailler sans relâche pour atteindre l'excellence dans les différents domaines. Examinez-vous sérieusement afin de découvrir ce pour quoi vous êtes faits et alors donnez-vous avec passion à son exécution ».
A toutes et à tous, je souhaite une bonne année 2017.
Vive l'école burkinabè !

Vive le Burkina Faso !

Que Dieu et les Mânes de nos Ancêtres nous accompagnent tout au long de cette année scolaire.

Jean-Martin CoulibalyMinistre de l'Education nationale et de l'Alphabétisation

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0