Mediaterre

   

Le climat de l'Arctique " en transition vers un nouvel état "


Un nouveau rapport du Programme de surveillance et d'évaluation de l' Arctique (AMAP ) sur la neige, l'eau, la glace et le pergélisol dans l'Arctique souligne les changements rapides et répandus dans les systèmes climatiques sensibles de l'Arctique, principalement en raison de la hausse des concentrations de gaz à effet de serre.

L'une des principales conclusions du rapport de l'AMAP, qui est l'un des six groupes de travail du Conseil de l'Arctique, est que «le climat de l'Arctique passe à un nouvel état».

"Avec chaque année supplémentaire de données, il devient de plus en plus clair que l'Arctique, tel que nous le connaissons, est remplacé par un environnement plus chaud, plus humide et plus variable. Cette transformation a des implications profondes pour les personnes, les ressources et les écosystèmes du monde entier ", explique le résumé pour les décideurs politiques.

L'océan Arctique pourrait être largement exempt de glace de mer en été dès la fin des années 2030, dans seulement deux décennies. De nouvelles preuves scientifiques indiquent que les projections les plus optimistes de l'élévation du niveau mondial de la mer par le Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) sont sous-estimées.

Le rapport est basé sur une évaluation menée de 2010 à 2016 et impliquant plus de 90 scientifiques.

 D'autres résultats clés sont :

Les changements climatiques dans l'Arctique se sont poursuivis à un rythme rapide

Les températures arctiques augmentent plus rapidement que la moyenne mondiale, et se sont réchauffées plus de deux fois plus rapidement que l'ensemble du monde depuis 50 ans. La fréquence de certains événements extrêmes change.

Les changements se poursuivront au moins au milieu du siècle, en raison du réchauffement déjà engrangé par le système climatique

Les tendances du réchauffement se poursuivront. Les modèles prévoient que les températures de l'automne et de l'hiver dans l'Arctique augmenteront de 4 à 5 ° C au-dessus des valeurs de la fin du XXe siècle avant le milieu du siècle, selon un scénario de concentration de gaz à effet de serre moyen ou élevé. Il s'agit du double de l'augmentation prévue pour l'ensemble de l'hémisphère Nord.

Des réductions substantielles des émissions mondiales de gaz à effet de serre peuvent maintenant stabiliser les impacts après le milieu du siècle

La réduction des concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère fera une différence. Les changements en cours dans l'Arctique devraient se poursuivre au moins jusqu'au milieu du siècle. Cependant, l'Arctique ne retournera pas aux conditions précédentes au courant de ce siècle, selon les scénarios considérés dans l'évaluation SWIPA 2017.

Les politiques d'adaptation peuvent réduire les vulnérabilités

L'adaptation au niveau communautaire et régional, tant dans l'Arctique qu'à l'échelle mondiale, est essentielle. La quasi-inévitabilité de l'accélération des impacts dans l'Arctique et dans le monde d'ici le milieu du siècle renforce le besoin urgent de stratégies d'adaptation locales et régionales qui peuvent réduire les vulnérabilités et profiter des opportunités pour renforcer la résilience.

Les politiques efficaces d'atténuation et d'adaptation exigent une compréhension solide du changement climatique de l'Arctique

Réduire les lacunes en matière de connaissances améliorera notre capacité à répondre aux changements actuels et futurs dans l'Arctique. Des efforts sont nécessaires pour augmenter la couverture géographique d'observations, et pour améliorer les projections au niveau local et de réduire les incertitudes.

Communiqué de l'OMM (an)
Télécharger le rapport (an)

[ODD2030-13]

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0