15 000 $ pour identifier les sources de pollution dans la rivière Saint-Simon


Source : Acadie Nouvelle.

Il y’a pratiquement un an déjà, Pêches et Océans Canada annonçait la fermeture permanente de la pêche aux coques dans la rivière Saint-Simon.

En effet, plusieurs sources telles que les sources industrielles et agricoles, des fosses septiques mal entretenues ou en mauvais état, sont suspectées d’être à l’origine des problèmes de pollution.

En 2016, des concentrations assez importantes de coliformes fécaux avaient été détectées par des employés d’Environnement et Changement Climatique Canada.

De ce fait, une somme de 15 000 $ a récemment été octroyé au Partenariat pour la gestion intégrée du bassin versant de la baie de Caraquet, via le Fonds de fiducie pour l’environnement, afin d’effectuer de nouvelles analyses et dans l’optique d’identifier les réelles sources de pollution qui ont poussé Pêches et Océans Canada à prendre une telle décision.

Selon Pierrette Duguay, présidente de la Baie des Épaves de Saint-Simon, les coques occupent une place non négligeable dans l’alimentation des résidents de cette localité, surtout en période d’hiver.

De plus, les coques constituent une ressource naturelle, disponible pour tous. Il faut donc juste être assez vaillant pour aller pêcher et s’en procurer.

Néanmoins, Pierrette Duguay demeure optimiste quant aux efforts entrepris, mais elle redoute que cette décision de fermeture prise par Pêches et Océans Canada soit irréversible.

En somme, il est impératif de vérifier en tout temps, quelles sont les zones fermées ou ouvertes à la récolte de mollusques dans la Péninsule acadienne. À cet effet, le Programme canadien du contrôle de la salubrité des mollusques a mis en ligne une carte interactive.

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0