L'Organisation internationale du travail lance un appel en faveur d'une écologisation du monde du travail


A l'ouverture de la 106e Conférence internationale du travail lundi à Genève, le Directeur général de l'Organisation internationale du travail (OIT), Guy Ryder, a plaidé pour une écologisation du monde du travail qu'il juge indispensable.

« Aujourd'hui, l'Accord de Paris et les engagements nationaux pris dans ce cadre, ainsi que le Programme de développement durable à l'horizon 2030, nous offrent une occasion unique de traduire le consensus tripartite que nous avons obtenu en actions à grande échelle, sur le terrain, avec les Etats membres », a déclaré M. Ryder dans son discours d'ouverture.

Selon lui, le rapport intitulé 'Travail et changement climatique : l'initiative verte' met en évidence « l'immense potentiel de création d'emplois décents, de développement équilibré et de croissance soutenue qu'offre l'écologisation de la production ».

« Nous avons besoin de politiques adéquates pour que la transition se concrétise et soit juste », a dit M. Ryder. « Comme tout processus de changement dans le travail, cela exigera les efforts combinés des gouvernements, des employeurs et des travailleurs au travers du dialogue social ».

Le Directeur général a aussi rappelé que la gouvernance des migrations de main-d'œuvre était à la fois une responsabilité constitutionnelle de l'OIT et une priorité de l'agenda politique international, avec l'adoption d'un Pacte mondial avant l'Assemblée générale des Nations Unies l'an prochain. Cette année, une commission spéciale de la Conférence discutera des migrations de main-d'œuvre et des enjeux de gouvernance, et ses conclusions devraient enrichir les discussions aux Nations Unies.

« Mais nous avons besoin de chacun pour construire une gouvernance qui rende les migrations sûres, ordonnées et régulières, et nous avons la chance de pouvoir commencer ici, pendant cette Conférence », a-t-il ajouté.

Lors de la Conférence, un sommet de haut niveau sur le monde du travail abordera le 15 juin la situation des femmes sur le marché du travail.

La Conférence internationale du travail, qui va durer jusqu'au 16 juin, définit la politique générale de l'OIT et se réunit une fois par an à Genève. Ce 'parlement mondial du travail' rassemble plus de 5.000 délégués gouvernementaux, employeurs et travailleurs, en provenance des 187 Etats membres de l'OIT.

Communiqué de l'ONU
Télécharger le rapport : Travail et changement climatique: l'initiative verte

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0