Mer d'Aral, l'ONU dénonce la plus grande catastrophe écologique de notre époque


Dans le cadre d'une tournée en Asie centrale, le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a visité samedi la mer d'Aral, réduite aujourd'hui au quart de sa superficie originelle en raison d'une mauvaise gestion humaine, et s'est dit choqué par cette catastrophe écologique.

“La disparition progressive de la mer d'Aral n'est pas due au changement climatique, c'est une mauvaise gestion humaine des ressources en eau", a déclaré M. Guterres après avoir visité Muynak (Ouzbékistan), le «cimetière des navires», autrefois une ville portuaire mais maintenant dépourvue de toute eau.

"Cela montre aussi que s'agissant du changement climatique, si nous ne sommes pas en mesure d'agir avec force pour apprivoiser ce phénomène, nous pourrions voir ce genre de tragédies se multiplier dans le monde", a-t-il averti.

La catastrophe environnementale de la mer d'Aral a été précipitée par le détournement de rivières qui se déversaient dans la mer d'Aral pour des projets d'irrigation il y a près d'un demi-siècle. Manquant d'alimentation en eau douce, la mer s'est lentement asséchée, augmentant la salinité de la zone, avec de graves répercussions sur la santé humaine et l'agriculture.

Estimant qu'il s'agissait “probablement de la plus grande catastrophe écologique de notre époque", montrant que "les hommes peuvent détruire la planète", le Secrétaire général a appelé à en tirer les leçons et à faire en sorte que de telles tragédies ne se répètent pas. Il a notamment appelé la communauté internationale à mettre en oeuvre l'Accord de Paris sur le changement climatique.

Lors de sa visite en Ouzbékistan, M. Guterres a également rencontré le Président ouzbèke, Shavkat Mirziyoyev, avec qui il a discuté des Objectifs de développement durable (ODD) et de questions régionales.

Dimanche, le Secrétaire général se trouvait au Kirghizistan, où il a notamment rencontré le Président kirghize, Almazbek Atambaev, et a participé à une cérémonie commémorant les évènements tragiques à Osh en juin 2010.

Les affrontements ethniques entre communautés ethniques kirghize et ouzbèke, principalement dans les villes d'Osh et de Jalal-Abad, ont fait plusieurs centaines de morts et des dizaines de milliers de déplacés en 2010.

M. Guterres a aussi participé à une conférence sur le projet national Taza Koom, un projet sur les technologies numériques et la gouvernance électronique pour améliorer la manière dont l'État et l'administration fonctionnent dans le cadre de la mise en oeuvre du Programme de développement durable à l'horizon 2030.

Le chef de l'ONU a entamé sa tournée en Asie centrale par le Kazakhstan. Samedi, dans un message adressé à EXPO 2017, qui a ouvert ses portes ce weekend à Astana, la capitale du Kazakhstan, M. Guterres a appelé à des mesures urgentes pour que tout le monde ait accès à une énergie propre, abordable et efficace.

Il a noté que le thème de l'EXPO d'Astana, “L'Energie du futur”, est d'autant plus important que l'énergie dans le monde d'aujourd'hui provient de nombreuses sources qui contribuent au changement climatique.

"Cela nous rappelle que le monde doit prendre des mesures urgentes pour que tous puissent avoir accès à des sources d'énergie propres, efficaces et abordables [...] J'espère que cette EXPO nous aidera à contribuer à un monde plus durable", a ajouté M. Guterres.

Se déroulant du 10 juin au 10 septembre, EXPO 2017 explore la possibilité d'intensifier la production énergétique durable dans le monde, de promouvoir la sécurité et l'efficacité énergétiques et d'encourager l'utilisation des énergies renouvelables dans le monde entier.

Communiqué de l'ONU

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0