Tallurutiup Imanga/détroit de Lancaster, dans l'Extrême-Arctique, va devenir la plus grande aire protégée du Canada


Vaste étendue constituée d'un océan et de territoires vierges, le Nord du Canada fait partie des territoires ancestraux inuits depuis des temps immémoriaux. Il abrite également une importante population de baleines, d'ours polaires et d'oiseaux migrateurs. Les changements climatiques et l'activité humaine affectent le paysage et le mode de vie traditionnel des communautés de l'Arctique, et il est du devoir de l'humanité de les protéger.

Aujourd'hui, Catherine McKenna, ministre de l'Environnement et du Changement climatique et ministre responsable de Parcs Canada, accompagnée de Joe Savikataaq, ministre de l'Environnement du Nunavut, et de M. P.J. Akeeagok, président de la Qikiqtani Inuit Association, a annoncé une entente sur les limites définitives d'une aire marine nationale de conservation (AMNC) dans Tallurutiup Imanga/détroit de Lancaster. 

Une section de Tallurutiup Imanga/détroit de Lancaster équivalant à deux fois la superficie de la Nouvelle-Écosse sera ainsi protégée, ce qui en fait l'aire marine de conservation la plus grande du Canada.

L'annonce faite en ce jour constitue le point culminant de plusieurs années d'un travail acharné accompli par les Inuits du Nunavut et les différents paliers de gouvernement. En partenariat avec la Qikiqtani Inuit Association et le gouvernement du Nunavut, le gouvernement du Canada franchit donc une étape essentielle qui permettra de créer un patrimoine à léguer aux générations futures. La protection de Tallurutiup Imanga/détroit de Lancaster à titre d'aire marine nationale de conservation constitue un modèle de collaboration et une réalisation conjointe. Cet accord lance le processus de négociation d'une entente sur les répercussions et les avantages pour les Inuits (ERAI) qui permettra de conférer des avantages à long terme aux Inuits, qui sont profondément enracinés dans la région. L'entente confirme également un moratoire sur toute activité future de prospection et de développement pétroliers et gaziers au large des côtes. 

Cette aire de conservation va protéger le droit de récolte garanti aux Inuits en vertu de l'Accord du Nunavut, et assurer la protection des espèces en péril.

Le gouvernement du Canada est déterminé à agrandir son réseau d'aires protégées et à protéger la biodiversité du pays. Avec les limites sur lesquelles les parties se sont entendues, Tallurutiup Imanga/détroit de Lancaster contribue à hauteur d'environ deux pour cent, pour le moment, à l'objectif du gouvernement du Canada de protéger cinq pour cent des aires marines du Canada d'ici 2017. À la signature de l'entente sur les répercussions et les avantages pour les Inuits, cette aire de conservation contribuera de manière non négligeable aux engagements internationaux pris par le Canada dans le cadre de la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique.

Tallurutiup Imanga/détroit de Lancaster regorge de vie. Les eaux arctiques froides abritent des oiseaux, des poissons et des baleines, formant ainsi un écosystème unique au monde et absolument fascinant qui nourrit les Inuits depuis des milliers d'années. C'est une région dans laquelle le dynamisme culturel et le bien-être des Inuits sont étroitement liés à la terre et à la mer. 

L'annonce d'aujourd'hui constitue une étape importante et décisive sur la voie de la protection de cette région pour les générations futures.

Source : Parcs Canada

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0