Mediaterre

   

Les faits marquants de la COP 13 de La Treizième session de la Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification : Vendredi, 8 septemb


Les participants à la COP 13 de la Convention se sont réunis de nouveau dans le Comité de la science et de la technologie (CST) et dans le Comité pour l’examen de la mise en application de la Convention (CEAC) lors de sessions parallèles tenues le matin pour examiner des points de l’ordre du jour et la Grande commission s’est réunie en séance plénière l’après-midi. Les négociations dans les groupes de contact se sont poursuivies sur les projets de décision relatifs aux programmes de la COP, de la CRIC et du CST.

LE CEAC

MISE EN ŒUVRE EFFICACE DE LA CONVENTION AUX NIVEAUX NATIONAL, SOUS-RÉGIONAL ET RÉGIONAL: Sécurisation d’investissements supplémentaires et relations avec les mécanismes financiers: Le Secrétariat a présenté le document ICCD/CRIC(16)/4 et a invité le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) à donner un aperçu plus détaillé de ses stratégies, programmes et projets de financement des coûts supplémentaires convenus des activités touchant à la lutte contre la désertification.

Chizuru Aoki, FEM, a indiqué que le rapport couvre les 2ème et 3ème année de la sixième reconstitution du Fonds fiduciaire du FEM (FEM-6), comportant des projets approuvés dans le domaine d’intervention de la dégradation des terres (DILDT) et apportant une contribution en faveur de près de 34 millions d’ha, représentant 28% de l’objectif de la FEM-6. Elle a fait mention de quelques conclusions du Bureau indépendant d’évaluation du FEM, qui a trouvé, entre autres, que ces projets étaient «hautement pertinents et efficaces pour la production d’avantages environnementaux à l’échelle mondiale».

Dans le débat qui a suivi, de nombreux pays se sont félicités de l’appui apporté par le FEM. Qualifiant le rapport de très informatif, l’UE s’est félicitée des progrès substantiels réalisés dans la mise en application des décisions de la COP 12. Le délégué a souligné, qu’en tant que l’un des plus importants contributeurs au FEM, l’UE accueillait avec satisfaction la réponse positive, et a indiqué que la CNULC bénéficiera d’une priorité dans le cadre de la FEM-7.

De nombreux pays, dont l’ÉGYPTE, l’ÉTHIOPIE, l’IRAK, l’ÉRYTHRÉE, le BHUTAN, le SRI LANKA, le BANGLADESH et la BOLIVIE, ont demandé un financement pour le suivi à la fin du programme de sélection des objectifs de neutralité de la dégradation des terres (NDT).La CÔTE D’IVOIRE et l’ARGENTINE ont demandé des éclaircissements sur les futures modalités de soutien...

Lire la suite du compte rendu du Bulletin des Négociations de la Terre
Lire le bulletin précédent
 

Source : Bulletin des Négociations de la Terre

[ODD2030-13]

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0