Paquet solidarité climatique : 4 mesures pour la transition énergétique adressées aux ménages modestes


Le Ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a annoncé cette semaine les quatre mesures qui forment le "paquet solidarité climatique" du nouveau Plan climat français.

Ces mesures ont pour but d’éviter que la fiscalité écologique pénalise les ménages les plus modestes (qui n’ont pas les moyens de réaliser des travaux de rénovation thermique ou d’investir dans de nouveaux équipements) et de rendre possible la réalisation de démarches participant à la transition énergétique et in fine à la réduction de l’empreinte carbone.

 

Les quatre mesures du paquet solidarité climatique :

  • Prime à la conversion des véhicules permettant d’opérer une transition du parc automobile français à grande échelle.
  • Le "chèque énergie", expérimenté jusque-là dans 4 départements, sera étendu à toute la France. 
  • Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) qui permet de financer notamment des travaux d’isolation dans les logements sera transformé en prime à partir de 2019. 
  • Les "certificats d’économie d’énergie" permettront de faire bénéficier les ménages les plus modestes d’une aide pouvant aller jusque 3 000 € afin de remplacer leur vielle chaudière fioul par une chaudière utilisant des énergies renouvelables. 

Plus de détail sur les mesures

Le GERES, Groupe énergies renouvelables, environnement et solidarité, a réagi à cette annonce par un communiqué de presse le 21 septembre 2017. Même si l’arrivée du terme « solidarité climatique » dans l’action du gouvernement réjouit l’ONG, elle précise que les mesures vont dans la bonne direction mais restent insuffisantes pour les ménages en situation de précarité énergétique.

Le GERES relève notamment quatre points de vigilance et préconise des investissements plus conséquents :

  • Certains travaux de rénovation, comme l’installation de double vitrage ou de volets isolants, pourraient connaître une baisse, voire une exclusion des aides financières en 2018.
  • Insuffisance de la prime à la casse pour les chaudières au fioul.
  • Insuffisance du montant du chèque énergie conçu pour aider les ménages à faibles revenus à payer leurs factures ou aider ceux qui se privent volontairement de chauffage.
  • Besoin de s’investir, en parallèle des efforts nationaux, pour accompagner les populations les plus vulnérables de tous les pays, et notamment les pays les moins avancés (aide au développement soutenue et cohérence dans les accords de commerce bilatéraux...)

  

Sources:

Communiqué de presse du GERES - 21/09/2017
Communiqué "les Infos du Gouv"- 19/09/2017

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0