L'Afrique appelle à l'utilisation des variétés de plantes génétiques pour stimuler la sécurité alimentaire


À Kigali, capitale du Rwanda, les 19 et 20 septembre 2017, le forum régional de l'union africaine sur la mise en oeuvre du Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture (TIRPGAA) a appelé les économies africaines à prendre l'initiative d'embrasser les variétés génétiques de cultures dans le but d'améliorer la sécurité alimentaire et l'agriculture durable. 

Le traité TIRPGAA a été adopté par la 31e session de la Conférence de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le 3 novembre 2001. Ces objectifs sont la conservation et l'utilisation durable de toutes les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture, et le partage équitable et équitable des avantages découlant de leur utilisation pour l'agriculture durable et la sécurité alimentaire.

Le Rwanda a accueilli une réunion, du 19 au 20 septembre, qui ouvre la voie à la prochaine session du Conseil d'administration du TIRPGAA, qui aura lieu à Kigali, du 30 octobre au 3 novembre 2017.

La réunion de deux jours a attiré des experts en agriculture de toute l'Afrique et même au-delà. Elle visait notamment à discuter de la contribution des ressources phytogénétiques à l'augmentation de la productivité agricole et à la sécurité alimentaire sur le continent, où l'insécurité alimentaire est la plus répandue.

Le secrétaire du TIRPGAA, Kent Nnadozie, a déclaré, à ce sujet, que : "Dans la plupart des pays du continent, les problèmes liés à la malnutrition et à la faiblesse des récoltes sont la principale préoccupations en matière d'insécurité alimentaire. Les ressources phytogénétiques et les graines résilientes ont de grandes chances de stimuler le rendement et de rendre les champs de culture existants plus productifs ».

En vertu de ce traité, les ressources génétiques végétales sont les matières premières de nouvelles variétés de cultures qui sont essentielles à la lutte de l'humanité contre la faim.

Janet Edeme, directrice par intérim de la Commission du Département de l'économie rurale et de l'agriculture de l'Union africaine, a invité les gouvernements africains et les institutions à fournir des environnements propices à la génétique des cultures afin de favoriser la réduction de la famine et de la pauvreté.

"Des investissements sont nécessaires dans la recherche agricole, la biodiversité et le développement des cultures afin de s'assurer que les nouvelles semences de récolte ont un impact positif sur la productivité et, en fin de compte, améliorent les moyens de subsistance des agriculteurs", at-elle ajouté.

Les participants ont appelé à la participation des agriculteurs à des activités telles que l'amélioration des plantes, la sélection des variétés et la conservation des variétés de semences améliorées.

Pour lire le communiqué de presse: http://www.coastweek.com/4038-africa-01.htm

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0