Mediaterre

   

ONU : Allocution de Son Excellence Jovenel Moise, Président de la république de Haïti


M. JOVENEL MOÏSE, Président d’Haïti, a rappelé l’attachement de son pays envers la dimension environnementale du développement durable.  « En tant qu’État insulaire, Haïti est déterminée à renforcer sa résilience aux effets des catastrophes naturelles qui affectent, chaque année, la région des Caraïbes », a affirmé le Président, qui s’exprimait pour la première fois devant l’Assemblée générale.  Dans ce cadre, a-t-il précisé, le peuple haïtien entreprend des « efforts gigantesques » pour se relever des dégâts causés par le passage des ouragans Matthew et Irma.

À ses yeux, la récente destruction « d’une ampleur inédite » par plusieurs ouragans successifs de certains pays des Caraïbes, y compris Antigua-et-Barbuda et la Dominique, ainsi que d’une partie des États du Texas et de la Floride, aux États-Unis, témoigne des effets néfastes du réchauffement climatique sur notre planète. 

Dans ce contexte, le Président a dit accorder une importance toute particulière au respect des engagements pris au titre de l’Accord de Paris sur les changements climatiques, à plus forte raison que les perspectives de développement durable sont, selon lui, de plus en plus remises en cause par les crises écologiques et le dérèglement climatique.  Pour remédier à cette situation, M. Moïse a appelé les pays émetteurs de gaz à effet de serre à allouer les ressources nécessaires à la mise en œuvre effective de l’Accord, y compris en dotant les pays les plus vulnérables des moyens nécessaires pour assurer leur transition énergétique vers les énergies renouvelables et développer leur résilience aux effets des changements climatiques.

« À l’instant même, l’ouragan Maria, d’une puissance spectaculaire, nous menace encore », a déploré le Président.  Cependant, a-t-il souligné, « tout ce qui nous arrive n’est pas dû à la fatalité, mais aux actions des êtres humains sur leur environnement ».  Face au manque de ressources dont souffrent Haïti et les petits États insulaires en développement des Caraïbes pour répondre efficacement aux changements climatiques, M. Moïse a lancé un appel « pour une augmentation de la couverture d’assurance contre les ouragans et autres catastrophes naturelles ».

Dans cette perspective, le Président a annoncé son intention d’organiser, en janvier 2018, une conférence régionale pour mettre en place une commission interétatique chargée de convenir d’une stratégie en la matière.  À cette occasion, il militera pour la création d’un fonds régional destiné à financer les programmes d’atténuation des effets des catastrophes naturelles dans la région, alimenté sur la base d’un pourcentage du produit intérieur brut des pays affectés et des pays développés émetteurs de gaz à effet de serre.  Le Président a appelé tous les États Membres à soutenir et adhérer à cette démarche.

Sur le plan politique, M. Moïse a déclaré que l’année 2017 avait marqué une « rupture » par rapport à l’instabilité qui a entravé le développement de son pays ces dernières années.  « Depuis mon accession à la présidence, le 7 février, mon administration n’a ménagé aucun effort pour consolider la démocratie et l’état de droit », a-t-il affirmé.  Ces efforts, a-t-il ajouté, ont notamment pris la forme d’une lutte contre la corruption, notamment la surfacturation des contrats publics, l’utilisation abusive des biens de l’État et les chèques au nom d’employés fictifs.  « La corruption sous toutes ses formes gangrène et atrophie l’économie », a-t-il dit, avant d’ajouter : « La corruption est un crime contre le développement ».

Sur le plan militaire, le Président a déclaré que, après le départ de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH), Haïti mettra sur pied une force militaire pour accomplir trois missions: une unité de génie capable de contribuer aux grands travaux d’infrastructure et d’intervenir en cas de catastrophe; une unité d’aviation capable de former des jeunes en mécanique aéronautique et en pilotage d’aéronefs et d’hélicoptères pour intervenir, notamment lors des situations de catastrophes naturelles; et une unité médicale capable de soigner les victimes de catastrophes naturelles ainsi que les habitants des zones les plus reculées.

Tout en remerciant vivement l’ONU pour son engagement en Haïti, M. Moïse a par ailleurs rappelé deux situations « fort regrettables » qui ont, selon lui, résulté de sa présence dans le pays.  Il a dénoncé, d’une part, « les actes odieux d’exploitation et de violence sexuelles commis par certains soldats de la paix ou d’autres membres du personnel »; et d’autre part, « l’introduction de l’épidémie de choléra en Haïti ».  À ses yeux, ces « conséquences fâcheuses » de la solidarité internationale impliquent « l’obligation morale » d’adopter des mesures pour fournir les ressources nécessaires en vue de l’élimination du choléra en Haïti.  « Malgré les récents progrès enregistrés, la liste des victimes, autour de 10 000, de cette épidémie, continue malheureusement de s’allonger et les orphelins du choléra se comptent en dizaines de milliers », a déploré le Président.

Aux yeux du Chef d’État haïtien, l’ONU doit désormais donner tout son sens à ses nobles idéaux « en prenant toutes les responsabilités » dans une situation qui a causé de graves préjudices au peuple haïtien.  « Il est grand temps que soient honorés les engagements pris par l’ONU en vertu de la nouvelle approche préconisée par le Secrétaire général, et que l’Assemblée générale a approuvée, dans la lutte contre le choléra », a-t-il insisté. 

À cette fin, M. Moïse s’est associé à l’appel urgent lancé par le Secrétaire général pour la dotation du Fonds d’affectation spéciale en vue de la mise en œuvre intégrale des deux volets de la nouvelle approche.  Il a en outre salué la décision de l’Assemblée générale de réaffecter une enveloppe de 40,5 millions de dollars provenant du budget 2015-2016 de la MINUSTAH à la lutte contre cette épidémie.  « Nous souhaitons que cet accord soit suivi par d’autres partenaires internationaux », a-t-il appelé.

Résumé de la déclaration
Télécharger la déclaration

[agonu72], [CdP22-climat], [CdP23-climat]

Source : ONU

Photo : ONU

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0