Mediaterre

   

ONU : Allocution de Son Excellence Azali Assoumani, Président de l'Union des Comores


M. AZALI ASSOUMANI, Président des Comores, a estimé que les catastrophes à répétition, notamment l’ouragan Irma, étaient un « criant rappel à l’ordre » des climato-sceptiques, sur l’urgence d’un engagement et d’une action pour atténuer dans la mesure du possible, les effets dévastateurs du dérèglement climatique. Il a, à son tour, exprimé ses condoléances au Président du Mexique après le séisme qui a frappé son pays.  Il a ensuite rendu hommage aux Gouvernements de la France et du Maroc pour les réussites successives de la COP21 et de la COP22.

Quand on parle de l’être humain, on parle aussi des droits de l’homme et de la dignité humaine, a estimé M. Assoumani, qui a appelé à combattre ensemble le terrorisme, les problèmes liés à la migration, les conflits, les guerres et le réchauffement climatique. Il s’est toutefois refusé à toute confusion entre terrorisme et islam. « Les terroristes n’appartiennent à aucune croyance, ce sont simplement des barbares », a-t-il lancé.

Le Président a condamné les atrocités dont sont victimes les minorités et les communautés, « hier en Bosnie-Herzégovine, aujourd’hui en Birmanie contre les Rohynga, ainsi que partout ailleurs ».  Il a souhaité que l’Organisation puisse défendre les droits les plus élémentaires des opprimés, indépendamment de toute considération d’origine, de race, de sexe et de croyance. 

C’est en garantissant la paix, la sécurité et les droits humains que nous pourrons faire collectivement la promotion des objectifs de développement durable, a poursuivi M. Assoumani qui s’est notamment attaché à l’objectif 7, concernant l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes.  Il a ainsi rappelé que l’absence d’un tel accès généralisé à l’électricité en Afrique constituait une grave entrave à la croissance durable du continent, avant de rappeler que son pays avait réussi en un an à enrayer les pénuries d’électricité qui plombaient son économie.  Toutefois, à plus long terme et pour réaliser l’ensemble des 17 objectifs, les Comores auront aussi besoin de la solidarité internationale, des investisseurs internationaux et du secteur privé, a fait savoir le Président.

M. Assoumani a expliqué que son pays, petit État insulaire en développement, avait pour ambition de devenir, d’ici à 2030, un pays émergent et a décrit la stratégie nationale de développement des Comores.  Il a annoncé la tenue d’une grande consultation nationale sous forme d’assises, en décembre prochain, afin de faire le bilan de 42 années d’indépendance, d’en tirer les leçons et de se projeter vers l’avenir.  Il a demandé une nouvelle fois l’assistance de la communauté internationale, rappelant, en la remerciant, que celle-ci avait accompagné son pays il y a 20 ans quand il avait failli sombrer dans le chaos.

Tout en reconnaissant que les déplacements de population déstabilisent à la fois les pays d’origine et d’accueil, le Chef de l’État s’est toutefois dit opposé à ce que le terme d’immigrés soit appliqué aux Comoriens qui se rendent sur l’île de Mayotte, « partie intégrante de son territoire resté malheureusement sous administration française ».  Pour M. Assoumani, la question de « L’île comorienne de Mayotte est relative à l’intégrité territoriale » et l’absence de solution depuis 42 ans, fragilise la stabilité politique et entrave le développement économique de son pays.  Il a dit se réjouir de la poursuite du dialogue avec la France dans la recherche d’une solution juste et équitable, conforme au droit international et respectueuse des intérêts de chaque partie.

Enfin, le Président des Comores a dénoncé l’absence de solutions au conflit israélo-palestinien et l’injustice faite au peuple palestinien, avant d’indiquer qu’il avait lui-même signé au nom de son pays, hier, le nouveau Traité sur l’interdiction des armes nucléaires et demandé que soit enfin réalisée la réforme du Conseil de sécurité qui lui permettra de refléter dans sa composition la communauté internationale du XXIe siècle.  Il a conclu en réaffirmant que les Comores « croient aux Nations Unies et en leur capacité à faire face aux défis actuels ».

[agonu72], [CdP22-climat], [CdP23-climat]

Résumé de la déclaration
Télécharger le texte de la déclaration

Source : ONU

Photo : ONU

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0