Mediaterre

   

ONU : Allocution de Son Excellence Mahamoud Ali Youssouf, Ministre des Affaires étrangères de la République de Djibouti


M. MAHAMOUD ALI YOUSSOUF, Ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale de Djibouti, s’est félicité des développements politiques récents en Somalie, y compris la dynamique positive créée par l’élection du Président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed Farmajo, en février dernier, et par la formation d’un nouveau gouvernement, avec à sa tête le Premier Ministre Hassan Ali Khayre.  Il a toutefois souligné la nécessité pour la communauté internationale de fournir un « soutien accru » à la Somalie, en mobilisant davantage de ressources pour la mise en œuvre de son programme de développement.

Dans ce cadre, le Ministre s’est dit préoccupé par le projet de réduction du financement de la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM), en dépit du consensus actuel sur les succès enregistrés par cette opération africaine de maintien de la paix.  « Il faut veiller à ce que les gains obtenus sur le plan de l’amélioration de la situation sécuritaire soient préservés », a-t-il appelé, soulignant que l’AMISOM était parvenue à faire subir aux terroristes Chabab une « défaite sanglante ».

Entre autres préoccupations régionales, le Ministre a également évoqué la situation au Soudan du Sud et la « lenteur » de la mise en œuvre de l’accord d’août 2015 sur le règlement de la crise.  Tout en appelant les parties à se résoudre à l’idée qu’il n’existe pas de solution militaire au conflit, le Ministre a exprimé son soutien envers la décision du trente et unième Sommet extraordinaire des chefs d’État et de gouvernement de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) consacré à la situation au Soudan du Sud, du 12 juin 2017, qui a préconisé l’organisation d’un forum de revitalisation de haut niveau pour relancer le processus de paix.

S’agissant du Yémen, autre État proche de Djibouti, le Ministre s’est déclaré « extrêmement préoccupé » par l’impasse politique dans laquelle se trouve le pays, ainsi que par la famine et l’épidémie de choléra dont souffre sa population.  « Nous appelons toutes les parties à un retour à la table des négociations », a-t-il déclaré.

Enfin, le Ministre s’est dit affligé par le sort de la minorité musulmane rohingya, au Myanmar, et par la « brutalité militaire » dont elle est la cible.  Il a appelé les autorités du Myanmar à mettre en œuvre « pleinement et sans plus tarder » les recommandations de l’ONU sur cette question.

Résumé de la déclaration
Télécharger le texte de la déclaration


[agonu72], [CdP22-climat], [CdP23-climat]

Source : ONU

Photo : ONU

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0