Les 14 recommandations du Conseil académique de l’Académie Africaine des Collectivités territorialesà Rabat (Maroc)


La 3è réunion du Conseil académique de l’Académie Africaine des Collectivités territoriales (ALGA) présidée par le Secrétaire général des Cités et gouvernements locaux unis d'Afrique (CGLU-Afrique), Jean Pierre Elong Mbassi, s’est tenue le du 21 septembre 2017 à Rabat (capitale du Maroc).

Et dans l’objectif de consolider les progrès réalisés dans la mise en œuvre du projet de l’Académie africaine des Collectivités territoriales, les membres de l’Académie ont émis 14 recommandations, à savoir :

1)- renforcer la Collaboration avec les structures étatiques impliquées dans les processus d’accréditation afin d’accroitre la reconnaissance des formations et des accréditations d’ALGA ;

2)- assurer un suivi continuel avec les Instituts de formation accrédités ;

3)- organiser des rencontrer entre les organismes d’accréditation des pays pour débattre de la mise en place d’instruments d’accréditation africains au niveau continental, ce qui facilitera la reconnaisse des formations délivrées au niveau de tous les pays du continent ;

4)- soutenir et promouvoir ALGA à travers ses différentes missions dans la mesure où elle répond à un besoin réel pour les Collectivités territoriales africaines ;

5)- mettre en place des collèges dédiés à l’éthique, la déontologie, la transparence, la reddition des comptes, le management des projets, le management des services aux populations ;

6)- organiser des Conférences de sensibilisation sur la Décentralisation, la Gouvernance locale, la Charte africaine sur le Service public ;

7)- veiller à la diffusion des Bonnes pratiques ;

8)- investir dans la proximité avec les publics cibles et les bénéficiaires des activités d’ALGA, en identifiant et mobilisant d’avantage d’Instituts et centres de formation au niveau des différentes régions africaines ;

9)- inclure dans la vision de l’Académie la dimension Recherche ;

10)- investir dans la formation de formateurs et l’apprentissage par les Pairs ;

11)- intégrer dans la vision de ALGA les préoccupations des femmes et des jeunes ;

12)- identifier des points focaux au niveau des administrations centrales chargées notamment de la décentralisation et de la Gouvernance locale ainsi qu’au niveau des associations nationales des Collectivités locales pour le recueil de l’information et des données sur les Ressources humaines au niveau local, tout en veillant à multiplier les sources d’information ;

13)- veiller à une bonne identification des besoins en formation et en renforcement des capacités au niveau local ; et

14- faire un plaidoyer auprès des Etats et des Collectivités territoriales pour le respect des engagements pris dans les différentes Déclarations, notamment l’engagement de consacrer au moins 1% des budgets pour la formation et le renforcement des capacités des élus locaux, des élues locales et des cadres territoriaux.

 En effet, les assises de Rabat avaient pour but de présenter les progrès réalisés dans la mise en œuvre du projet de l’Académie africaine des Collectivités territoriales (ALGA). Notamment, le processus d’accréditation et d’assurance qualité ; le projet de plateforme e-Learning en cours de développement en partenariat avec l’Institute of Public Administration (BIPA) de Bahreïn sur la base de la Convention de partenariat signée en 2016 ; l’offre de formation développée, qu’il s’agisse du Master professionnel en management des villes ciblant les cadres territoriaux ou des collèges offrant la formation continue de courte durée sur des thématiques pertinentes pour les membres de CGLU-Afrique ; et la démarche méthodologique pour la mise en place de l’Observatoire des ressources humaines des Collectivités territoriales en Afrique.

Il est à relever que l’un des objectifs de l’ALGA est de mettre à la disposition des Collectivités territoriales africaines des managers engagés, intègres, compétents et professionnels. Pour les progrès réalisés par l’équipe dirigée par la directrice d’ALGA, la Marocaine Najat Zarrouk, a été solennellement félicitée par les participants. Et dans l’objectif de consolider ces progrès, les membres de l’ALGA ont émis des recommandations, à savoir : «renforcer la collaboration avec les structures étatiques impliquées dans les processus d’accréditation ; assurer un suivi continuel avec les Instituts de formation accrédités ; organiser des rencontrer entre les organismes d’accréditation des pays pour débattre de la mise en place d’instruments d’accréditation africains au niveau continental ; soutenir et promouvoir ALGA à travers ses différentes missions ; mettre en place des collèges dédiés à l’éthique, la déontologie, la transparence, la reddition des comptes… ; organiser des conférences de sensibilisation sur la décentralisation, la gouvernance locale, la Charte africaine sur le service public ; veiller à la diffusion des Bonnes pratiques ; inclure dans la vision de l’Académie la dimension Recherche ; investir dans la formation de formateurs et l’apprentissage par les pairs ; intégrer dans la vision d’ALGA les préoccupations des femmes et des jeunes ; faire un plaidoyer auprès des Etats et des Collectivités territoriales pour le respect des engagements pris dans les différentes déclarations…

Pour mémoire, cet autre conclave réunissant les acteurs de la gouvernance locale intervient au lendemain du 1er Forum des managers territoriaux et des instituts de formation ciblant les Collectivités territoriales en Afrique, du 18 au 20 septembre 2017 à Rabat.

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0