Mediaterre

   

Chasse, trafic, huile de palme : qui tue vraiment les orangs-outans ?


Par Marc Ancrenaz, Research Fellow, Cardiff University. 

Depuis vingt ans, je me consacre au sein du programme Kinabatangan Orangutan Conservation à la sauvegarde des populations sauvages d’orangs-outans qui vivent à Bornéo ; et ce plus particulièrement dans l’État de Sabah (situé au nord-est de l’île, dans la partie malaisienne) où vivent 11 000 de ces animaux, soit entre 15 et 20 % du nombre total possiblement présent dans l’île aujourd’hui.

Il y a deux ans, la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) déclarait que les orangs-outans de Bornéo étaient en danger critique d’extinction, estimant que 80 % des effectifs présents en 1950 auraient disparu d’ici à 2025.

Et, ce 15 février, Maria Voigt, une chercheuse à l’Institut Max Planck d’anthropologie évolutionniste à Leipzig, publiait dans la revue Current Biology une nouvelle analyse qui confirme ce triste tableau : 100 000 orangs-outans sauvages ont disparu de Bornéo au cours des 16 dernières années...

Lire la suite de cet article publié sur le site The conversation

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2018 Médiaterre V4.0