Mediaterre

   

Une compagnie minière poursuit une petite municipalité québécoise pour 96 millions de $


La Coalition pour que le Québec ait meilleure mine dénonce la poursuite de 96 millions par la minière vancouvéroise Canada Carbon contre la petite municipalité de Grenville-sur-la-Rouge (pop.2800), laquelle tente de protéger sa population et son milieu de villégiature situé entre Montebello et Lachute, à la jonction des rivières Calumet et de l’Outaouais.

« Nous n’avons jamais vu une poursuite de cette ampleur contre une municipalité au Québec. Ça nous apparaît clairement abusif, très mal avisée et tout-à-fait contraire aux principes mêmes de respect des populations locales, d’autonomie municipale et d’acceptabilité sociale qui sous-tendent désormais plusieurs lois et politiques du Québec » dénonce Ugo Lapointe, porte-parole de la Coalition, laquelle regroupe une trentaine d’organismes environnementaux, citoyens et syndicaux de partout au Québec.

La Coalition cite en exemple les seize principes de la Loi sur le développement durable du Québec, de même que la récente Loi sur les mines du Québec modifiée en 2013, laquelle prévoit « qu’il est nécessaire de favoriser un développement associé aux communautés et intégré au milieu ». Cette même loi prévoit que toute activité minière doit se faire « dans une perspective de développement durable » et « en tenant compte des autres possibilités d’utilisation du territoire ».

M. Lapointe : « Cette minière de Vancouver échoue clairement le test de l’acceptabilité sociale. Pire, en intentant une telle poursuite, elle démontre à quel point elle n’a aucun respect envers la population de Grenville-sur-le-Rouge qui s’y oppose au projet depuis près de deux ans et qui, récemment, a élu démocratiquement et à forte majorité un nouveau conseil municipal pour représenter leur voix ».

Si autorisé, ce projet de mine à ciel ouvert occasionnerait des impacts importants sur le milieu, notamment en lien avec la poussière, le bruit, les dynamitages et le trafic de camions lourds, de même qu’avec le rejet prévu de 2 à 10 millions de tonnes de déchets miniers qui contiennent plusieurs substances potentiellement toxiques pour l’environnement, notamment des sulfures, des métaux et des matériaux acides.

Le milieu qui serait affecté est caractérisé par environ 100 propriétés de villégiature, de même que des terres agroforestières et acéricoles (potentiel d’érablières), des milieux humides, de nombreux petits lacs et cours d’eau, de même que par plus de 260 espèces de plantes et animales, incluant plus de 15 avec un statut précaire ou d’intérêt, vulnérable, ou menacé.

Jusqu’à tout récemment, tout indiquait que la minière Canada Carbon tentait d’éviter une évaluation environnementale complète de son projet par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), notamment en présentant un projet de 499 tonnes par jour alors que la limite règlementaire d’assujetissement est de 500 tonnes par jour.

Notons, en terminant, que la situation financière Canada Carbon se détériore depuis plusieurs années, avec une baisse de son action de 80% depuis trois ans (0,05$ actuellement), des dettes qui s’accumulent et une capitalisation boursière de moins de 5,5 millions actuellement.

Pour information :
Ugo Lapointe, MiningWatch Canada & Québec meilleure mine, 514-708-0134

La coalition Pour que le Québec ait meilleure mine a vu le jour au printemps 2008 et est aujourd’hui constituée d’une trentaine d’organismes membres représentant collectivement plus de 250 000 individus, partout au Québec. La coalition s’est donnée pour mission de revoir la façon dont on encadre et développe le secteur minier au Québec, dans le but de promouvoir de meilleures pratiques aux plans social, environnemental et économique. Site : www.quebecmeilleuremine.org

Source : La coalition pour que le Québec ait meilleure mine

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2018 Médiaterre V4.0