Mediaterre

   

Transition énergétique Québec : un plan directeur 2018-2023 qui marque le début d'une démarche structurée


Le Front commun pour la transition énergétique (FCTÉ) tient à souligner les efforts de Transition énergétique Québec (TEQ) pour dépasser certains des objectifs que lui avait fixés le gouvernement pour son plan directeur en transition, innovation et efficacité énergétique du Québec. Notamment, le plan directeur prévoit une réduction de la consommation de produits pétroliers de 12 % d’ici 2023, alors que la cible du gouvernement n’est que de 5 %.

Le Front note toutefois que dans l’ensemble, le mandat gouvernemental a restreint TEQ dans ses ambitions et que le plan présenté aujourd’hui ne fait pas une place suffisante à la véritable clé de la transition énergétique : l’économie d’énergie. Ainsi, les cibles d’efficacité énergétique de 1,2 % par année d’ici 2023 sont à peine plus élevées que ce que procure la réduction naturelle du marché depuis plusieurs années.

Le Front constate également l’absence d’un plan de transition énergétique juste pour les travailleurs et travailleuses des secteurs à forte émission de GES et pour les communautés concernées, élément que nous considérons indispensable. Enfin, il est également clair que le plan directeur passe à côté de l’occasion en or qui se présente de sortir une bonne fois pour toute de l’ensemble de la filière fossile en continuant à soutenir le gaz naturel comme une énergie de transition.

Selon Carole Dupuis, du Regroupement vigilance hydrocarbures Québec, « Pour que les cibles de réduction des gaz à effet de serre du Québec puissent être atteintes et pour que la transition s’opère de la manière la plus intelligente possible, la réduction de la consommation d’énergie doit être la priorité absolue. Or, les objectifs qu’on nous présente ici sont à peine plus élevés que ce qui se fait à l’heure actuelle par le marché. Nous espérions mieux d’un plan directeur qui doit paver la voie à une économie carboneutre d’ici 2050. »

Aussi, le Front commun insiste sur le fait que la mise en œuvre d’une transition énergétique porteuse de justice sociale doit inclure d’emblée un plan de transition juste pour les travailleurs, les travailleuses et les communautés qui seront touchés par les inévitables changements à venir : « Il est étonnant de constater l’absence d’étude d’impact sur l’emploi, par exemple, ainsi que l’absence de programmes de relocalisation, de reconversion et de formation. Nous demandons, entre autres, que des fonds publics soient affectés à ces volets de la transition et que les travailleurs et les travailleuses soient au cœur des décisions qui auront un impact sur eux« , souligne Roger Rashi, administrateur d’Alternatives

Quant à la place qu’occupe le gaz naturel dans le plan directeur, le Front commun remarque que TEQ est restée prisonnière de l’incohérence de la politique énergétique 2030 du gouvernement du Québec qui, rappelons-le, autorise du même coup l’exploration et l’exploitation des énergies fossiles en territoire québécois avec sa Loi sur les hydrocarbures.

De façon générale, le plan directeur qui nous a été présenté aujourd’hui marque le début d’une démarche structurée de transition mais reste malheureusement prisonnier du mandat gouvernemental. D’après Anne-Céline Guyon, coordonnatrice du FCTÉ, « Certains écueils auraient pu être évités dès le départ si, comme nous l’avions énoncé dans notre mémoire, TEQ ne dépendait pas de la seule gouvernance du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles. TEQ devrait plutôt relever du plus haut niveau de l’appareil gouvernemental et bénéficier ainsi d’un mode de gouvernance reconnaissant la transversalité des enjeux ainsi que la nécessité de prises de décisions cohérentes. »

Lire le Plan directeur en transition, innovation et efficacité énergétiques du Québec 2018-2023

Lire la synthèse du Plan

Source : FCTÉ

Crédit photo : mrganso sur Pixabay

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2018 Médiaterre V4.0