Mediaterre

   

BNT : Compte-rendu de la réunion de 2018 du Forum politique de haut niveau sur le développement durable


La Présidente de l’ECOSOC, Marie Chatardová, a ouvert l’édition 2018 du FPHN lundi le 9 juillet, et a invité les États membres à adopter l’ordre du jour provisoire (E/HLPF/2018/1). Dans son discours d’ouverture, Mme Chatardová a déclaré que la participation de plus de 80 ministres et vice-ministres et de 2 500 acteurs non étatiques au FPHN illustre le pouvoir de ralliement des ODD.

Liu Zhenmin, secrétairegénéral adjoint aux Affaireséconomiques et sociales des Nations Unies, a présentéle rapport d’étape dusecrétairegénéral des Nations Unies sur les ODD (E/2018/64). Il a soulignéles défis suivants: le changement climatique et les zones de conflit; la protection sociale inadéquate; l›aggravation de la faim; l’inégalitéentre les sexes; les pressions exercées sur les terres, les forêts et les moyens de subsistance; une diminutiongénérale de l’aide publique au développement (APD) au niveau mondial; et le sous-financement de la collecte des données pour les ODD dans les pays en développement.

Le conférencier principal, Jeffrey Sachs de Columbia University, a déclaré que la cupidité et les intérêts acquis des compagnies de charbon, de pétrole et de gaz constituent le principal obstacle à la réalisation des ODD. Il a dénoncé les chaînes d’approvisionnement non durables de l’industrie alimentaire mondiale et les produits malsains. Citant les chevauchements dans les tableaux de classement du développement durable et du bonheur, il a déclaré que le développement durable favorise le bien-être et le bonheur, alors que les réductions d’impôts pour les riches minent les dimensions essentielles des ODD. Il a demandé aux pays riches et aux particuliers de combler le déficit de financement de 200 milliards US $ requis pour réaliser les ODD : en augmentant l’APD; en utilisant 1% de la richesse de 2 208 milliardaires du monde; en fermant les paradis fiscaux; en taxant les cinq grandes entreprises technologiques mondiales qui détiennent le monopole; en taxant les transactions financières; en instituant une taxe mondiale sur le carbone; et en adoptant des mesures pour lutter contre l’évasion fiscale à grande échelle.  

 La conférencière principale, María Soledad Cisternas Reyes, Envoyée spéciale du secrétaire général des Nations Unies sur le handicap et l›accessibilité, a présenté les moyens pour rendre le Programme 2030 plus inclusif, notamment, l’amélioration de l›accès aux technologies pour assurer les droits de l’homme et le renforcement de la démocratie.

 Le conférencier principal, Alex Steffen de Worldchanging.com, a parlé de la tension essentielle qui doit être abordée tout comme celle qui existe entre les économies durable et non durable, et qui peut être résolue grâce à l’innovation humaine et à la contribution de la technologie. Il a souligné l’importance de la rapidité dans la mise en œuvre du Programme 2030.

Mise en œuvre du Programme 2030 pour les sociétés résilientes

Cette session tenue le lundi 9 juillet et organisée en deux sous-sections, était présidée par la Présidente de l’ECOSOC, Chatardová, et modérée par Emily Pryor, de Data2X.

Examen des progrès accomplis dans la réalisation des ODD: Ouvrant cette sous-session, Pryor a attiré l’attention sur les exemples de la Finlande et du Vietnam dans le domaine de la collecte et de l’utilisation des données ventilées par sexe.

La panéliste Åsa Regnér, de l’ONU Femmes, a souligné que bien que plus de filles soient scolarisées qu’il y a dix ans et que plus de femmes participent à la vie politique, les progrès sont lents, les femmes étant disproportionnellement touchées par l’extrême pauvreté et le manque d‘accès à l’eau potable.

 Le panéliste Pádraig Dalton du Bureau central des statistiques irlandaises, a souligné: la nécessité de veiller à ce que les institutions qui collectent et compilent les données relatives aux ODD soient reconnues à la fois par les citoyens et par les décideurs; et l’importance de données accessibles et suffisantes pour les décideurs.

La panéliste Grace Bediako de la Commission de planification du développement national du Ghana, a déclaré que les ODD sont mis en œuvre au Ghana à travers un système de planification décentralisé.

La commentatrice principale Sofia Monsalve Suárez de FIAN International, a signalé le manque de données suffisantes pour évaluer les inégalités, tant à l’intérieur des pays qu’entre les pays. Elle a averti que la façon dont les «masses de données» sont compilées et utilisées ne respecte pas toujours les droits de l’homme ou ne correspond pas à l’intention des ODD.

 Au cours du débat qui a suivi, les participants ont parlé, entre autres: des propositions pour des approches plus efficaces et coordonnées de la collecte des données, notamment: la collecte des données au niveau communautaire; les méthodes pour améliorer la rétroaction et les réponses politiques au niveau national; une meilleure coordination des systèmes statistiques des Nations Unies; et une attention à la ventilation des données statistiques relatives aux facteurs de risque pour les jeunes et les besoins des personnes handicapées. Des appels ont été lancés en faveur d’efforts particuliers pour intégrer les contributions et les connaissances locales des peuples autochtones.

Lire la suite du compte rendu du Bulletin des Négociations de la Terre 

Source : Bulletin des Négociations de la Terre

[ODD2030]

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2018 Médiaterre V4.0