Mediaterre

   

L'UE appelle de ses voeux de nouvelles mesures internationales pour protéger la nature sur terre et en mer


Dans le cadre de récents rapports alarmants faisant état de la disparition dramatique dans le monde des espèces sauvages et des écosystèmes, l'Union européenne appelle à réagir plus énergiquement au niveau mondial pour répondre aux préoccupations en matière de biodiversité lors de la conférence des Nations unies de 2018 sur la biodiversité.

Lors de la 14e conférence des parties à la convention des Nations unies sur la diversité biologique qui se tiendra à Charm el-Cheikh (Egypte), l'UE jouera un rôle de premier plan dans les efforts internationaux déployés en faveur d'un cadre mondial en matière de biodiversité pour l'après-2020. Une intégration plus large des préoccupations liées à la biodiversité dans l'agriculture, l'énergie, l'exploitation minière, l'industrie et les projets d'infrastructures revêt une importance capitale pour maintenir l'augmentation de la température mondiale bien en dessous de 2º C, conformément aux engagements pris dans le cadre de l'accord de Paris. La conférence à haut niveau sur la biodiversité devrait créer un consensus international sur l'urgence d'atteindre les objectifs mondiaux en matière de biodiversité d'ici à 2020.

Représentant l'Union européenne lors de la rencontre à haut niveau, M. Karmenu Vella, commissaire chargé de l'environnement, des affaires maritimes et de la pêche, a déclaré à ce propos: «La biodiversité - la nature - constitue notre système vital. Le rythme actuel auquel nos espèces sauvages et nos écosystèmes disparaissent représente une menace existentielle aussi inquiétante que le changement climatique. Je juge encourageante la prise de conscience croissante des liens entre les deux, que je constate également lors de manifestations internationales à haut niveau comme celle-ci et la prochaine conférence des Nations unies sur le changement climatique en Pologne. La protection de la biodiversité sur la terre comme dans les océans est importante pour les générations futures, mais aussi pour notre bien-être actuel.»

Engageant plus de 350 millions d'euros par an pour la biodiversité dans les pays en développement, l'UE est le premier donateur au monde en faveur de la protection de la biodiversité. La prise de conscience croissante dans toute l'Europe de l'importance que revêtent la biodiversité et les écosystèmes pour la santé et la sécurité alimentaire signifie que l'Union européenne est bien placée pour jouer un rôle de chef de file sur la scène mondiale. Le monde des affaires se rend également compte de la mesure dans laquelle il dépend de la biodiversité, certaines entreprises adoptant des mesures audacieuses pour prendre en considération leur dépendance au capital naturel.

En s'appuyant sur ces exemples positifs, la délégation européenne, dirigée par le commissaire Vella, aura pour but de placer la politique en matière de biodiversité au centre du débat politique pour préparer une issue ambitieuse et consensuelle à la conférence des parties (CdP 15) qui se tiendra en Chine en 2020. Elle lancera un appel pour que les objectifs liés à la nature soient intégrés dans les secteurs de l'industrie, de l'exploitation minière, de l'énergie et des infrastructures. Toutes les parties adopteront une déclaration conjointe à cette fin. L'engagement volontaire des secteurs public et privé et un mécanisme de contrôle afin de garantir l'obligation de rendre des comptes seront encouragés en vue d'intensifier la mise en œuvre des objectifs en matière de biodiversité.

Le commissaire Vella signera également l'adhésion de l'UE à la coalition des volontaires pour les pollinisateurs, comme le prévoit la récente initiative européenne sur les pollinisateurs. L'UE peut ainsi apporter sa contribution à une réaction internationale vigoureuse et coordonnée pour faire face au déclin des pollinisateurs.

Dans l'esprit de l'ambition affichée par le président Juncker en faveur d'un nouveau partenariat avec l'Afrique, la délégation de l'UE a souligné, lors du précédent sommet ministériel africain sur la biodiversité, le rôle fondamental que jouent les écosystèmes et la biodiversité dans la lutte contre la dégradation des sols, l'adaptation au changement climatique et l'atténuation de ses effets, la réduction des risques de catastrophes et le développement durable. Une meilleure gestion des ressources et une meilleure protection de la nature sont des facteurs pour un meilleur développement économique. 

Communiqué de l'UE

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0