Mediaterre

   

Eden reforestation Projects, une solution basée sur la nature pour la réduction du risque climatique


©Eden reforestation Projects

Par Christin CALIXTE, membre de JFDD , dans le cadre de l'Initiative Jeunesse de lutte contre les changements climatiques

Parmi les solutions proposées en matière de lutte et d'adaptation aux changements climatiques, celles offertes par la nature sont souvent méconnues et sous-estimées. Et pourtant, pour éviter un emballement climatique et réduire l'exposition des populations aux risques naturels, il est indispensable d'investir dans la préservation des écosystèmes et de la biodiversité.

Eden Reforestation Projects utilise un modèle unique Employ-to-Plant dans tous ses programmes de reboisement dans le pays. Le processus de restauration commence par donner la priorité aux besoins des villageois locaux. L’alliance de la lutte contre la pauvreté et de la gestion responsable de l’environnement crée une harmonie entre les villageois et l’environnement et les employés du village d’Eden ont toujours "adoré" leurs forêts. Cette méthodologie est simple mais efficace pour entretenir des relations de travail tout en rajeunissant le sol et donc l'environnement naturel. La source constante de revenus offre aux familles un moyen de sortir de la pauvreté et leur donne les ressources nécessaires pour envoyer leurs enfants à l'école. Eden Reforestation Projects contribue également à sensibiliser les communautés avec lesquelles ils travaillent à l’importance des arbres et au maintien de forêts saines. L'organisation organise des sessions de formation tout au long de l'année pour éduquer les leaders de la communauté. Du matériel éducatif et des conférences sont fournis à la communauté locale dans le but d'éduquer la prochaine génération et de leur donner une idée de leur environnement naturel. Cette approche holistique est utilisée dans chacune des communautés desservies par Eden. Elles ont appris que la destruction des forêts avait un impact négatif sur la vie et elles se sont rapidement engagées à préserver et à profiter des avantages de la nouvelle forêt qu’elles ont plantée.

Eden Reforestation Projects a été conceptualisé à l’automne 2004 à l’invitation du Premier ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn, à prendre en charge un projet de pépinière et de reboisement abandonné. À l’époque, Hailemariam Desalegn était président de la région des populations du sud de l’Éthiopie et s’efforçait de maintenir le programme de reboisement de la région des populations du sud. Le fondateur et président d’Eden, Steve Fitch, a accepté l’offre et la production de semis a commencé presque immédiatement. Au cours de la première année d'exploitation, plus de 200 000 arbres ont été plantés, faisant du programme de reboisement de la région l'un des programmes les plus réussis de l'histoire de la région. Depuis lors, Eden Reforestation Projects a mis en place des pépinières et des programmes de reboisement à Madagascar, en Haïti, en Éthiopie (en 2015), au Népal et en Indonésie. un modèle simple, mais efficace, employant à planter. L'organisation a son siège à Glendora, en Californie et compte des bureaux / employés dans tous les lieux de leurs projets.

Eden Reforestation Projects (Eden) est une organisation à but non lucratif qui travaille dans les pays en développement pour reconstruire les paysages naturels détruits par la déforestation. Eden travaille directement avec les villages et les communautés souffrant de pauvreté extrême résultant de la déforestation et de la destruction des terres qui les entretiennent. L'organisation emploie des milliers de villageois locaux et leur fournit l'éducation et les outils nécessaires pour planter, faire pousser et protéger jusqu'à la maturité des millions d'arbres chaque année. Eden plante plus de 3 000 000 d'arbres supplémentaires par mois et en 2018, plus de 200 000 000 d'arbres ont été plantés. Ce modèle, mis au point par le fondateur Steve Fitch, s’est avéré très efficace et a permis de réduire la pauvreté pour des milliers de personnes au cours des 10 premières années de fonctionnement d’Eden et au-delà.

Des années de dévastation écologique en Haïti ont eu de graves conséquences, notamment des niveaux variables d'échec des cultures, d'inondations, d'érosion des sols et d'épuisement des nappes phréatiques. En Haïti, l'impact destructeur que peuvent avoir les systèmes environnementaux est exacerbé par le manque de protection fournie par les forêts naturelles et les systèmes de mangroves. Pour lutter contre cela, Eden Projects a travaillé directement avec l'Université de Providence et les leaders de la communauté locale via son partenariat avec Agrinotech et la Amiga Island Ecological Foundation, pour planter, protéger et garder les arbres jusqu'à maturité. Eden Projects espère ainsi contribuer à la restauration de l’environnement naturel et à la création d’arbres agroforestiers pour la sécurité alimentaire.

Les arbres et les forêts aident à atténuer ces changements en prélevant le dioxyde de carbone de l’atmosphère et en le convertissant durant la photosynthèse en carbone qu’ils emmagasinent ensuite sous la forme de bois et de végétation, un processus connu sous le terme de "piégeage du carbone".

Les arbres sont généralement constitués d’environ 20 pour cent de carbone et la biomasse totale des forêts fait fonction également de "puits de carbone". Par exemple, la matière organique présente dans les sols des forêts, tel l’humus produit par la décomposition des matières végétales, sert aussi de réservoir à carbone. En conséquence, les forêts emmagasinent d’énormes quantités de carbone: au total, les forêts et les sols forestiers mondiaux stockent plus de mille milliards de tonnes de carbone – deux fois plus que le volume présent dans l’atmosphère – d’après les études de la FAO. La destruction des forêts, en revanche, injecte près de six milliards de tonnes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère chaque année. Empêcher ces stocks de carbone d’être relâchés est important pour le bilan du carbone et vital pour la conservation de l’environnement, déclare l’Organisation des Nations Unies.
Les forêts pourraient être mieux utilisées dans la lutte contre le changement climatique non seulement en empêchant l’abattage mais aussi par des programmes de boisement (nouvelles plantations) et de reboisement (replantation des zones déboisées). En particulier sous les tropiques, où la végétation pousse vite et absorbe donc le carbone plus rapidement, la plantation d’arbres prélève de grandes quantités de carbone en un laps de temps relativement bref; les forêts peuvent stocker jusqu’à 15 tonnes de carbone par hectare et par an dans leur biomasse et leur bois. La FAO et d’autres experts ont estimé que la rétention mondiale de carbone dérivant d’une baisse de la déforestation, de l’accroissement du recrû forestier et de l’expansion de l’agroforesterie et des plantations pourrait compenser environ 15 pour cent des émissions de carbone des combustibles fossiles au cours des 50 prochaines années.

Sources:

https://en.wikipedia.org/wiki/Eden_Reforestation_Projects

https://edenprojects.org/haiti/

http://www.fao.org/newsroom/fr/focus/2006/1000247/index.html

À propos de l'initiative jeunesse

L'initiative jeunesse de lutte contre les changements climatiques a pour objectif de sensibiliser les jeunes francophones aux changements climatiques. Elle permet également de faire connaître les actions et l’engagement de la jeunesse francophone pour lutter contre les changements climatiques sous la forme d’une série d’articles [IJLCC].Pour plus d’informations, consultez le dossier Médiaterre de l'Initiative Jeunesse de lutte contre les changements climatiques [IJLCC]

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0