Mediaterre

   

Débat sur la question climatique: un avant-goût des élections de 2019 ?


Par Catherine Paquette pour GaïaPresse

(de gauche à droite) Les candidats Michel Duchesne (Bloc Québécois), Julia Sanchez (NPD), Daniel Green (Parti vert), James Seale (Parti populaire) et Rachel Bendayan (Parti libéral). Photo : Amélie Bilodeau photographe 

La crise climatique est un enjeu majeur dans la circonscription de Outremont, où se tiennent des élections partielles pour remplacer l’ex-chef du Nouveau parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, qui a donné sa démission l’été dernier.

C’est d’ailleurs la question climatique que la candidate du NPD Julia Sanchez a choisi de mettre de l’avant dans la course qui l’oppose à la candidate libérale Rachel Bendayan. L’avocate avait terminé deuxième en 2015, quelque 10 points seulement derrière Thomas Mulcair.

La campagne en cours dans Outremont, qui se termine le 25 février, est en effet surveillée à l’échelle du Canada, dans l’attente des élections de 2019 où les décisions du gouvernement de Justin Trudeau en matière de climat seront certainement mises à l’épreuve.  

L’économie, mais également les subventions aux grandes pétrolières, ont d’ailleurs mobilisé les échanges entre les candidats durant débat électoral organisé par La Planète s’invite au Parlement et GaïaPresse le 20 février. La soirée réunissait Julia Sanchez du NPD, Rachel Bendayan du Parti libéral, Michel Duchesne du Bloc Québécois, Daniel Green pour le Parti vert et James Seale pour le Parti populaire de Maxime Bernier.

Le débat a eu lieu au Théatre Rialto, dans Outremont. Photo : Amélie Bilodeau

Tandis que la candidate de Justin Trudeau a vanté l’entêtement du gouvernement libéral d’imposer une « taxe carbone malgré une opposition féroce » et les nombreux investissements dans les transports en commun,

Julia Sanchez a de son côté profité du débat pour rappeler que « nous n’avons atteint aucune cible » et pour marteler la promesse de « transition énergétique, sociale et économique » du NPD.

Le militant Daniel Green a pour sa part appelé à mettre fin à la croissance économique et au désinvestissement complet des énergies fossiles, un discours à l’opposé du candidat de Maxime Bernier, James Seale, lequel prône l’importance d’utiliser les ressources canadiennes et de « les rendre disponibles au Canadiens » via les pipelines notamment. « Le pipeline c’est la méthode d’utiliser les ressources canadiennes, pour les richesses canadiennes », a-t-il souligné.

Michel Duchesne, du Bloc Québécois, a aussi dénoncé « l’arrogance » du gouvernement fédéral envers le Québec et les provinces et demandé des actions contre les paradis fiscaux. « Le gouvernement libéral favorise les paradis fiscaux et encourage l’industrie de l’Alberta pendant que la Terre se dégrade. Il n’y a qu’un paradis terrestre et nous sommes en train de le détruire », a-t-il dit.

La question de la justice sociale est toutefois apparue comme l’élément rassembleur de la soirée, chacun des candidats répétant que les efforts en matière de climat doivent se faire dans le respect de toutes les populations et pas au détriment des plus pauvres.

La candidate conservatrice Jasmine Louras était dans l’impossibilité d’être présente au débat.

Note de la rédaction :Le contenu et les articles originaux de GaïaPresse sont produits par des journalistes indépendants du conseil d’administration et du comité organisateur des événements.   

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0