Mediaterre

   

Le cohabitat est-il l'avenir des villes ?


Publication initiale : The Conversation sous licence Creative Commons par Cheryl Gladu, PhD Candidate, Concordia University

L’idée que la technologie va régler les problèmes complexes et systémiques comme le changement climatique, la pauvreté et la crise du logement ou des soins de santé est simpliste. Et c’est le moins qu’on puisse dire.

Il faut changer radicalement la façon dont nous vivons, et on ne peut pas engendrer la durabilité sociale et environnementale en appliquant simplement de nouvelles technologies à nos modes de vie existants.

Il nous faut favoriser les modèles de mode de vie qui à la fois améliorent notre bien-être actuel et réduisent la demande en matières premières sur la planète.

Les modèles existants de développement urbain qui peuvent atteindre ces objectifs s’implantent à travers l’Amérique du Nord. On en trouve un exemple dans le logement collaboratif ou cohabitat.

Au moment où les municipalités envisagent le développement de villes intelligentes, elles doivent considérer la façon dont les citoyens contribuent à « l’intelligence » relative de la ville. Le cohabitat est justement un de ces modèles puisqu’il est à la fois une forme et un processus de conception pour la coopération qui contribue à créer des communautés animées et résilientes.

Alphabet de Sidewalk Labs planifie un nouveau genre de quartier qui serait construit dans un district du bord de l’eau de 12 acres à Toronto nommé Quayside.

Ce n’est que le commencement, puisque tous les yeux sont tournés vers le futur développement des 750 acres avoisinant le site le long du bord de l’eau à l’est.

Voici Sidewalk Toronto, Waterfront Toronto et Alphabet de Sidewalk Labs.

Ces nouveaux quartiers seraient ultra-connectés. Or, rappelons-le, ce fut une année de scandales à Silicon Valley, de Google échangeant des courriels avec des développeurs d’applications à l’enquête conjointe du ministère de la Justice, du FBI, de la commission fédérale du commerce et de la commission des valeurs mobilières sur des fuites de données par Facebook. Un quartier connecté construit à partir de flux de données peut bien ne pas être le facteur de vente que Sidewalk Labs aurait espéré. Il n’est pas surprenant que plusieurs personnes demeurent méfiantes face à cette proposition. (...)

Pour lire la suite de l'article gratuitement : Cliquez ici

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Auteur : Cheryl Gladu, PhD Candidate, Concordia University / Photo by Tim Easley on Unsplash

The Conversation

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0