Mediaterre

   

Entre écologie et économie : la ville de Cannes peine à choisir


Cannes n’a pas attendu son festival pour être un lieu de rassemblement d’une frange luxueuse de la population. Ce phénomène date du 19e siècle. En conséquence, historiquement, la ville de Cannes a développé une politique visant à favoriser et à faciliter la venue de certaines des personnes les plus riches de la planète. Malheureusement pour la ville, l’impératif écologique devient de plus en plus pressant et souligne des erreurs qui ont été commises pendant des années. L’une d’entre elle tient aux autorisations peu restrictives pour les yachts de venir mouiller le long de ses rivages.

Il existe les yachts et il existe maintenant les super-yachts. Cette appellation décrit simplement le phénomène de surenchère qui agrandit perpétuellement la taille de ces navires. Or, au-delà de la pollution que ces engins génèrent, leurs ancres, pouvant peser plusieurs tonnes pour quelques mètres, ont tout simplement labouré, année après année, le sol de la Méditerranée. Cependant, les fonds de la Méditerranée sont couverts en partie « d'herbier de posidonies ». Autrement dit des plantes sous-marines, ressemblant à de la prairie au fond de l’eau, qui ont été fortement endommagées.

Malencontreusement, cette prairie est un élément important de l’écosystème de la Méditerranée et les herbiers de posidonies ne poussent que de quelques centimètres par ans. Leur poussée est tellement lente, que les bombardements issus de la Seconde Guerre mondiale ont laissé des traces encore visibles à ce jour.

Face à ce constat, Cannes peine à changer son cap. La venue des propriétaires de yachts constitue une rentrée d’argent importante. En cette fin de mois de juillet, la ville a tenté de trouver un compromis avec les super-yachts et leurs propriétaires. Dorénavant, les yachts devront stationner dans un périmètre défini. De plus, des installations permettant aux yachts de ne pas jeter leur ancre, mais de s’accrocher à une bouée sont discutées. Cannes a tout de même pris soin de repousser l’entrée en vigueur de ses arrêtés municipaux afin de profiter de la venue des yachts et super-yachts pendant la période estivale. En attendant, dans ce golf, 28,4% des herbiers de posidonies ont disparu sur les 7 dernières années et ses conséquences sont imprévisibles.


[MOGED]

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0