Mediaterre

   

Total signe un accord sécuritaire au Mozambique pour protéger ses investissements


Total continue de s’enliser au Mozambique. Pour rappel, en juillet dernier, le géant de l’énergie français, a signé un accord colossal qui devrait atteindre les 20 milliards de dollars pour lancer son énorme projet d’extraction de gaz naturel liquéfié au Mozambique. Or, le projet est basé au nord du pays, à Cabo Delgado, au coeur de l’insurrection qui déchire cet Etat situé au sud de l’Afrique.

Depuis, les violences dans la région avaient sans surprise semer le doute sur la faisabilité du projet. Ils sont 200 000 civils à avoir fui les lieux et 700 d’entre eux ont perdu la vie. Les violences émergent de toute part : du groupe insurrectionnel islamiste Ansar al-Sunna, de groupes insurrectionnels plus modestes, ou encore des milices privées engagées par l’Etat du Mozambique. En août dernier, le projet de Total avait été gravement mis en danger par l’avancée des troupes de Ansar al-Sunna, avec la prise du port de Mocimboa da Praia, non loin du site de gaz naturel.

L’une des critiques vis-à-vis du projet de Total, qui émanait notamment de la société civile du Mozambique, était que le projet ne ferait que tendre d’autant plus le conflit et augmenterait le nombre d’armes dans la région. Depuis le 24 août dernier, cela est chose faite. Total a signé un accord sécuritaire avec le gouvernement du Mozambique pour protéger son investissement. Ce « Memorandum of Understanding » prévoit la création d’une « Joint Task Force » qui respecterait les droits humains dans sa lutte contre les insurgés pour protéger le site de Total. Il n’existe aucune précision sur les individus qui constitueront ce groupe armé. Néanmoins, il semblerait que ceux-ci émanent des groupes de mercenaires qui sont sous contrat avec Total et le Mozambique. A noter, certains de ces groupes britanniques, français, sud-africains et russes ont déjà été accusés de violations des droits de l’homme par le passé.

Ce projet au Mozambique est vital pour Total. Il lui a permis de reprendre la main dans sa rivalité sur le continent africain avec le géant italien Eni.

[MOGED]

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0