Bassin du Congo : la déforestation s'accélère



  • Des chercheurs du « Woods Hole Research Center » de Falmouth publient, dans le cadre de leur projet « Système intégré de suivi des forêts en Afrique Centrale », un article qui montre une accélération de la déforestation en Afrique Centrale. L'article intitulé « Expansion of Industrial Logging in Central Africa » s'appuie sur plus de 300 images du satellite Landsat couvrant 4 millions de kilomètres carré et permettant de suivre la progression des routes forestières entre 1973 et 2003. Avant ce travail, il y avait peu de données fiables disponibles pour le suivi de l'exploitation forestière aussi bien légale qu'illégale dans la sous-région.

    Des données collectées, les chercheurs estiment que près de 30% des forêts d'Afrique centrale (deuxième massif forestier tropical de la planète après l'Amazonie) sont livrées à l'exploitation du bois. La construction des routes forestières est passée de 156 km par an entre 1976 et 1990 à 660 km par an depuis 2000 au Congo-Brazzaville et de 336 km par an entre 1986 et 1990 à 456 km par an entre 2000 et 2002 en RDC. Ces routes ouvertes pour l'abattage du bois représentent 38% de toutes les routes tracées. A travers ces données sur les routes forestières, les auteurs veulent montrer que les forêts denses et humides du Bassin du Congo ne sont plus aussi inaccessibles qu'il y a quelques années, ce qui devrait accroître la déforestation et les menaces sur la biodiversité.

    Les auteurs de l'étude indiquent que les coupes industrielles sont essentiellement sélectives et portent sur des arbres à haute valeur ajoutée à l'export tels que les acajous africains. Ils rappellent par ailleurs le lien entre la déforestation et le changement climatique : on estime ainsi que chaque année, la déforestation tropicale engendre la même quantité de gaz à effet de serre (GES) que les Etats-Unis, soit plus de 20% des émissions mondiales de gaz carbonique (CO2). La destruction annuelle de 15 millions d'hectares de forêt équivaut à l'injection de plus de 1,5 milliard de tonnes de carbone dans l'atmosphère.

    Cette étude concorde avec une série de rapports publiés ces derniers mois par différentes organisations comme la FAO et Greenpeace, qui montrent tous une dégradation continue voire accélérée du couvert forestier dans le Bassin du Congo. Greenpeace notait ainsi que la RDC (63% des forêts de la sous-région) pourrait perdre 40% de ses forêts et, que « d'ici à 2050, la déforestation en République démocratique du Congo libérerait jusqu'à 34,4 milliards de tonnes de CO2 »
    Partagez
    Donnez votre avis
    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0