Développement agricole au Cameroun : le soutien des partenaires étrangers



  • Le ministre camerounais de l’Agriculture et du Développement rural, Henri Eyebé Ayissi, a reçu tour à tour le 13 janvier 2016 à Yaoundé, la directrice des opérations de la Banque mondiale pour l’Afrique centrale, Elisabeth Huybens, l’ambassadrice chef de la délégation de l’Union européenne au Cameroun, Françoise Collet, et le représentant résident de l’Agence japonaise de coopération, (JICA) Umemoto Shinji. Il a été question avec ces derniers de faire le point sur la coopération en matière agricole entre ces institutions et le Cameroun.

    Avec la directrice des opérations de la Banque mondiale, le point a été fait sur le Projet d’Investissement et de Développement des Marchés Agricoles (PIDMA) lancé en janvier 2015 après la clôture du Projet d’amélioiration de la compétitivité agricole (PACA). Ce projet initié conjointe de la Banque Mondiale et du Gouvernement Camerounais, et d’un coût d’environ 50 milliards de Fcfa pour une durée de 5 ans, a pour objectif de transformer l’agriculture de subsistance et de faible rendement des filières maïs, manioc et sorgho, en une agriculture compétitive et orientée vers la commercialisation et l’industrialisation. Le projet ambitionne ainsi de multiplier les partenariats productifs entre coopératives et agro-industries, d’améliorer le système de production et de distribution de semences et de financer des infrastructures publiques de base telles que la réhabilitation de 125 km de routes rurales dans les bassins de production. Le bilan de ce projet a été jugé satisfaisant un an après son lancement. Elisabeth Huybens annonce que d’autres projets de ce type sont déjà à l’étude au niveau de la Banque mondiale.

    Quant à la coopération avec l’Union européenne, celle-ci envisage de débourser 4, 850 milliards de Fcfa pour de nouveaux projets dans le secteur agricole, a indiqué l’ambassadrice Françoise Collet. Ces projets seront essentiellement dédiés aux régions septentrionales, de l’Est et au département du Nkam, dans la région du Littoral du Cameroun. S’agissant de la coopération avec le Japon, le représentant résident de l’Agence japonaise de coopération, (JICA), Umemoto Shinji, a annoncé que le plan d’action de son agence pour les prochaines années va essentiellement reposer sur la promotion de la culture du riz camerounais, notamment le riz de plateau à travers le Projet de développement du riz plateau (PRODERIP). Il s’agit pour le Japon d’aider le Cameroun à augmenter sa production dans un contexte où la demande ne cesse de croître et la production locale insuffisante.

     

    Partagez
    Donnez votre avis
    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0