Une méthode de conservation de l'igname jaune financée à 20 000 dollars



  • L’igname sucrée est parmi les principales espèces cultivées la plus nutritive et productive. Elle est cultivée pour ses tubercules très prisés par les populations. Dans la région de l’Ouest Cameroun, elle constitue une source de revenus importante pour les familles qui la produisent. Cependant, le phénomène de durcissement post-récolte des tubercules cause de grandes pertes aux producteurs, en majorité les femmes. Ce phénomène est de ce fait un frein à la commercialisation de ce tubercule. Celles-ci ont tendance à abandonner cette culture.

    Au plan physiologique, le durcissement correspond à un épaississement cellulaire des tubercules au cours de la conservation suite à un stress hydrique. Le but de ce projet est d’améliorer les conditions de vie des populations défavorisées, en particulier des femmes dans les zones rurales. Ceci se fera à travers deux objectifs principaux : (1) – le développement des variétés de l’igname sucrée qui ne durcissent pas et sont adaptées aux conditions agro-climatiques des hauts-plateaux de l’Ouest ; (2) – La production à grande échelle les semences afin de diffuser les meilleures variétés développées.

    Mahbou Somo Toukam Gabriel, Chargé de Cours à l’université de Yaoundé qui vient de réaliser la faisabilité du projet a reçu le prix de la recherche appliquée et de l’innovation au Pk Fokam Award qui encourage la recherche pour le développement. Il reçoit 10 millions de Fcfa pour la mise en œuvre du projet.

     

    Partagez
    Donnez votre avis
    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0