L'exploitation et la valorisation minière au Burkina Faso



  • Le Burkina Faso ambitionne devenir un pays minier a placé la problématique du financement de l'industrie minière au coeur des travaux de la 3ème édition des journées de promotion minière (PROMIN '2006 BURKINA). Cette manifestation de 5 jours a débuté le 4 Décembre 2006 dans les locaux de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africain (UEMOA) où sont dressés une cinquantaine de stands d'exposition des acteurs et intervenants du secteur minier.

    PROMIN BURKINA est aujourd'huit un levier que nos autorités utilisent pour montrer les potentialités minières du Burkina et promouvoir par la même occasion les investissements miniers dans notre pays. Pour Sylvain Domboué, président du comité d'organisation de PROMIN'2006 BURKINA, cette manifestation traduit la volonté des gouvernants de faire du secteur minier un maillon essentiel du développement économique durable pour le mieux-être de nos populations". Et le moin que l'on puisse dire, c'est que les résultats escomptés ne sont pas fait attendre. En effet, selon M. Domboué, dépuis ce secteur s'est ouvert aux capitaux privés nationaux et étrangers, si bien que de nombreuses sociétés minières se sont décidées à investir au Burkina à la faveur d'une grande stabilité politique, d'une législation de plus en plus attrayante et bénéfique pour toutes les parties". L'implication de plus en plus accrue des opérateurs privés dans la mise en valeur des richesses du sous-sol pose un véritable problème de financement des investissements. Ce n'est donc pas un hasard si PROMIN'2006 BURKINA se tient sous le thème "La problématique du financement de l'industrie minière en Afrique". Un sujet qui donne en 5 jours l'opportunité aux sociétés minières, aux établissements financiers et boursiers, aux consultants, délégués des pays invités ainsi qu'à l'Etat Burkinabè de procéder à un échange d'expériences (grâce à 40 exposés programmés) et d'apporter leur contribution pour un meilleur financement des industries minières.

    Marqueront de leur présence cette 3ème édition de PROMIN'2006 BURKINA, les ministres des mines du Maroc, Mohamed Boutaleb, et de la Mauritanie, Mohamed Ould Ismail Ould Abeidna.
    Pour le ministre Burkinabè des Mines, des Carrières et de l'Energie, Kader Cissé, le regain d'activité du secteur minier Burkinabè est dû à la conjugaison de facteurs comme l'évolution positive du cours mondial des matières premières et de l'or en général, mais aussi aux réformes du secteur (nouveau code minier) et à l'exploitation rationnelle de la nouvelle carte géologique et minière du Burkina Faso.

    Le Burkina veut être un pays minier et les et les investigations géologiques et minières ont montré que le Burkina a un potentiel minier riche et varié en minéraux précieux et de base: or, zinc, plomb, manganèse, cuivre. Ces ressources suscitent, comme l'a écrit le Président du Faso dans son programme quinquennal. "un regain d'interêt de la part des investisseurs et peuvent constituer une source supplémentaire de création d'emplois et de richesses".

    Le ministre Cissé a précisé que ces journées PROMIN'2006 BURKINA s'inscrivent dans le cadre de la décennie du développement minier burkinabè. Il a justifié le thème des présentes journées par le fait qu'une fois les études de faisabilité bouclée, "la difficulté majeure pour les sociétés reste à réunir le financement pour le développement et la construction de la mine à exploiter". Kader Cissé a souhaité que "des solutions sortent des échanges de ces journées afain d'enrichir nos différentes expériences".

    Après la cérémonie d'ouverture, les officiels ont procédé à la visite de la cinquantaine de stands dressés dans le haull de l'UEMOA.
    Les participants à PROMIN' 2006 BURKINA suivront une quarantaines de communications et feront des excursions sur le terrain à Banouassi, Perkoa et Taparko.

    Source: Observateur N°6781
    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2014 Médiaterre V4.0