Mediaterre

Sénégal : Une ferme agro-écologique à Kaydara



  • La ferme agro-écologique de ‘Kaydara’, dans la communauté rurale de Fimela, va, entre autres, en croisade contre l’expropriation des terres et l’émigration des ruraux. Elle prône une agriculture moderne et diversifiée pour bannir l’image ‘néfaste’ du paysan. Un espoir est né au milieu du Sine !

    En effet, l’expropriation galopante des terres dans la région de Fatick, l’exode rural et l’émigration, ruinent la localité et font des cultivateurs, des paysans sans terre. Dès lors, créer une alternative contre ces fléaux pour préserver le patrimoine forestier de cette région et fixer les populations, constitue le fer de lance de l’Association ‘Jardin d’Afrique’, créateur de la ferme agro-écologique de Kaydara.

    Aussi, de l’oignon à la fraise en passant par le dattier, l’anacardier, la papaye, le croton, l’aloé-vera…Tout pousse ici. Ajoutée à cela la présence d’un important bétail, et d’une Lapinière construite selon des normes modernes, cette ferme est en train de changer agréablement le visage de cette zone. Et dans sa foulée, celui des paysans des villages environnants. Car, Kaydara prône une agriculture entrepreunariale et non de l’agro-busness, précise le responsable du développement communautaire, Makhfouz Guèye. Avec l’agro-busness, poursuit-il, un investisseur débarque dans une zone pour l’exploiter sans se soucier parfois du devenir des populations. Alors que pour l’agriculture entrepreunariale, les populations locales sont impliquées, ils participent au développement de leur localité parce qu’ayant acquis des connaissances faisant d’eux des vecteurs de développement. Le terme ‘Kaydara’, signifie en français : ‘viens à l’école de la vie’. Il est le titre d’un récit didactique sur les Peuls de la Boucle du Niger. Il a été rapporté par le célèbre historien et conteur africain, Amadou Hampaté Bâ.

    C’est ce qui justifie, d’ailleurs, la présence du centre de formation dans la ferme. Un centre qui, au bout de trois années, produit des paysans de type nouveau. Aujourd’hui, ce centre de formation offre un internat aux élèves agriculteurs.

    La ferme se veut vecteur d’une agriculture moderne pour laquelle, le paysan devra travailler 12 mois sur 12. Contrairement à l’agriculture qui domine le pays, dite ancienne basée sur la culture de l’arachide et du mil qui se déroule durant les trois mois de la saison des pluies. C’est pourquoi, la ferme agro-écologique prône l’alliance à la fois de l'éducation, de l'information, de la démonstration des pratiques agro-écologiques et de la promotion d'initiatives locales pour le développement durable. Et déjà l’année passée, le président de l’Association ‘Jardin d’Afrique’, également directeur de la ferme, balayait les pistes d’un de leurs objectifs en soutenant qu’Il s'agira à travers des séries de formation qui durent trois années, de fournir aux paysans, venant des hameaux et villages environnants, des techniques pour développer des axes de cultures autres que l'arachide qui connaît un net recul actuellement au Sénégal’. Un pari qui est en phase d’être réussi car les populations de la zone viennent massivement intégrer la ferme pour bénéficier d’une formation qui leur permettra de pouvoir voler de leurs propres ailes.

    Pour les initiateurs de la ferme Kaydara, le développement des cultures de subsistance pour assurer une autosuffisance alimentaire reste un impératif pour les Africains. Et pour y parvenir, une importance capitale doit être accordée à l'arboriculture fruitière pour restaurer les sols et à l'arboriculture forestière en lui assurant un bon suivi.

    Avec le soutien entre autres de l’Association pour le développement de l’éducation et de la santé (Ades), du peuple solidaire, de l’Ifremer et des particuliers, l'Association ‘Jardins d'Afrique’ entend produire des fermiers, pilotes pour une agriculture moderne au Sénégal. Aussi elle compte aider à la conservation du patrimoine forestier le plus important de la région, notamment la réserve de la biosphère de la rôneraie de Keur Samba Dia, classée patrimoine mondial par l’Unesco.

    [Terri-DD]
    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2018 Médiaterre V4.0