Mediaterre

Le glyphosate, qu'en est-il de l'Afrique ?



  • Le glyphosate est une molécule chimique commercialisée par la firme américaine Monsanto depuis 1974. Principalement utilisé par les agriculteurs pour lutter contre les mauvaises herbes,il constitue à ce jour le désherbant le plus vendu au monde. Assez connue sous le nom de Roundup, le glyphosate est beaucoup utilisé dans les fermes africaines malgré le fait qu’il soit révélé dangereux pour la santé. En effet, en mars 2015 le glyphosate a été classé par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CICR) comme étant un « cancérogène probable pour l’homme ».

    Avec près de 800 000 tonnes vendues chaque année dans le monde, ce produit à fait couler beaucoup d’encre et de salive ces dernières années quant à ses inconvénients.A cet effet, de nombreuses réflexions ont été menées dans la plupart des pays du monde quant à son interdiction ou non. En novembre 2017, l'Union Européenne renouvelait la licence du glyphosate pour cinq nouvelles années malgré les déclarations toutes aussi controversées sur sa nocivité. Troisième producteur mondial de soja, l’Argentine est aux côtés des Etats-Unis, l’un des plus grands consommateurs de ce pesticide. Si la France elle annonçait son désir de l’interdire malgré le rejet de l’amendement par les députés le 15 septembre 2018, l’Allemagne quant à elle à réaffirmer sans ambiguïté, son souhait de continuer par l’utiliser.

    Face aux diverses polémiques sur la dangerosité de ce désherbant, une question se pose. Qu’en est-il de l’Afrique ?

    Alors que l’Afrique du Sud s’illustre comme l’un des plus grands consommateurs de ce désherbant, le Gouvernement Togolais pour sa part, fait partie des rares pays à l’avoir interdit très tôt dans un communiqué du 13 avril dernier portant interdiction d’importation et de commercialisation du glyphosate même si des efforts restent toujours à faire par le ministère de l’Agriculture afin de mener des contrôles dans les exploitations agricoles.

    Il est donc inquiétant de constater que la plupart des pays africains sont resté muets quant à l’avenir de ce désherbant. Enormément utilisé dans l’agriculture sur le continent à cause de son efficacité, les agriculteurs africains dans leur grande majorité ignorent la « probable nature cancérigène », la toxicité de ce produit pour les humains et son impact sur leur santé.

    Cependant, même si la plupart des chercheurs recommandent le principe de précaution en cas de doute sur la nature cancérigène même de ce produit, il est important de se demander où se situe l’Afrique et par là même occasion l’Union Africaine quant à l’avenir du glyphosate sur ce continent ? Cette organisation dont le but est d'œuvrer pour la promotion des droits de l'Homme et du développement à travers l'Afrique à une lourde responsabilité devant elle. Il convient alors de lancer une sonnette d’alarme afin que les dirigeants africains prennent en compte la santé des populations avant qu’il ne soit trop tard.

     

     [MOGED]

     

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0