Décideurs et experts entendent promouvoir des investissements dans des services hydrométéorologiques essentiels pour assurer un développement durable



  • Le Groupe de la Banque mondiale, l’Union africaine, l’Organisation météorologique mondiale, l’Agence française de développement, le Programme alimentaire mondial et le Programme des Nations Unies pour le développement ont lancé le Forum Hydromet en Afrique de la Conférence ministérielle africaine sur la météorologie (AMCOMET), qui se tient depuis le 12 septembre au siège de la Commission de l’Union africaine, à Addis-Abeba (Éthiopie). Premier du genre, ce Forum réunit 500 délégués, parmi lesquels des responsables gouvernementaux, des représentants des secteurs public et privé et de la société civile africains ainsi que des partenaires du développement conscients que des services hydrométéorologiques optimisés peuvent à la fois réduire les pertes provoquées par les catastrophes naturelles et stimuler la croissance économique.

    Les phénomènes météorologiques et climatiques sont à l’origine de neuf catastrophes sur dix en Afrique, mettant en péril les progrès de développement chèrement acquis. Inondations, sécheresses, cyclones tropicaux et glissements de terrain provoquent des dégâts massifs sur le plan matériel et des moyens de subsistance. Au cours des vingt dernières années, ces catastrophes auront coûté 10 milliards de dollars au continent africain. Étant donné la variabilité croissante du climat, leur fréquence et leur intensité devraient augmenter. Des services hydrométéorologiques améliorés peuvent contribuer à atténuer les pertes.

    Partagez
    Donnez votre avis
    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0