Mediaterre
   

Les députés européens demandent une position ambitieuse de l’UE à Nagoya



  • Le Parlement européen a adopté le 7 octobre 2010, à la quasi-unanimité, une résolution sur les objectifs stratégiques de l'UE à la 10ème réunion de la Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique, qui s'ouvre à Nagoya, Japon le 18 octobre. Le texte reconnait l'urgence et la priorité d'agir pour enrayer la perte de biodiversité et propose une liste ambitieuse de mesures à cette fin.

    Le Parlement "invite la Commission et les États membres à jouer un rôle moteur dans la COP10 en vue de convaincre toutes les parties qu'il est désormais urgent de passer à l'action". Ainsi, la Commission et les États membres sont exhortés à parler d'une seule voix et à "accroître la vitesse et l'efficacité de leurs procédures internes de prise de décision de manière à pouvoir convenir rapidement en interne d'une position de l'Union européenne pour la COP 10 et consacrer davantage de ressources et de temps à leurs efforts diplomatiques vis-à-vis des pays tiers".

    Quant à la substance des décisions à prendre au sommet de Nagoya, le Parlement invite la Commission et les États membres à soutenir des "sous-objectifs mesurables, ambitieux, réalistes et assortis d'échéances" à l'horizon 2020. Par exemple, les Parties devraient assurer la protection de 20 % des terres et des eaux douces et marines et la restauration de 15 % des écosystèmes dégradés pendant la prochaine décennie. Les parlementaires rappellent aussi la nécessité de supprimer les subventions néfastes pour la biodiversité: ils sont "convaincus du fait que la réforme des subventions au sein de l'Union (dans les secteurs de l'agriculture, de la pêche et de l'énergie) est fondamentale pour assurer la cohérence des politiques dans le domaine du développement, afin d'éviter de porter atteinte à la biodiversité et aux services écosystémiques".

    Ils appellent aussi les décideurs à définir des outils politiques pour traiter le problème de la répartition inégale des bénéfices issus de la nature, affiner les méthodes d'évaluation financière des services environnementaux, et augmenter le financement global pour la biodiversité.

    Une délégation composée de représentants de la commission Environnement, santé publique et sécurité alimentaire du Parlement européen sera présente à Nagoya du 25 au 27 octobre.

    Laura Baroni, UICN, pour l'IEPF

    [COP10-MOP5]

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0