Les tropiques : une zone en première ligne face aux défis du changement climatique et du développement durable



  • Les Nations Unies commémorent jeudi la première Journée internationale des tropiques désignée en 2016 par l'Assemblée générale afin de célébrer la diversité de cette zone et de sensibiliser l'opinion aux défis et enjeux auxquels elle fait face.

    Les tropiques sont définis comme étant la région sur Terre qui se trouve près de l'équateur et qui s'étend approximativement entre le tropique du cancer et le tropique du capricorne. Ils représentent 40% de la superficie totale de la planète.

    Quoique plusieurs facteurs typographiques et géographiques contribuent aux variations climatiques à l'intérieur même des tropiques, de façon simplifiée, le climat est généralement marqué par la chaleur et des températures relativement stables ou variant très peu d'une saison à l'autre.

    L'une des caractéristiques qui distingue les tropiques est la prévalence des précipitations dans les régions humides situées près de l'équateur alors que les précipitations deviennent saisonnières dans la plupart des régions tropicales périphériques.

    Une riche diversité biologique menacée

    Les tropiques comptent pour environ 80% de la diversité biologique et pour une bonne partie de la diversité linguistique et culturelle du monde. Près de 95% de la superficie des forêts mangroves et 99% des espèces de palétuviers se trouvent sous les tropiques. Avec environ 54% du stock mondial, ils disposent de la plus grande réserve d'eau douce renouvelable du monde.

    Les pays de ces régions sont toutefois confrontés aux problèmes d'ordre environnemental. La superficie des forêts de palétuviers a ainsi diminué dans toutes les régions tropicales, une réduction causée en partie par la déforestation illégale, le développement côtier, les changements climatiques et la pollution.

    Cette perte de superficie forestière augmente les risques d'incidences négatives sur les infrastructures et les communautés côtières faisant face à des conditions météorologiques extrêmes et contribue directement à une perte des ressources halieutiques. Par ailleurs, la moitié de la population de ces régions est confrontée au stress hydrique ou à des pénuries d'eau.

    Si la plus grande diversité biologique se trouve dans les régions tropicales, c'est aussi dans ces mêmes régions que l'on retrouve le plus grand nombre d'espèces menacées. Selon les données dont dispose l'ONU sur certaines espèces végétales et animales bien documentées, les tropiques souffrent de la plus grande perte de biodiversité.

    Relever le défi de l'élimination de la pauvreté

    Malgré des progrès considérables, les pays tropicaux continuent de se heurter à divers problèmes de développement.

    « Avec un des taux de pauvreté les plus élevés dans les régions tropicales, plus de personnes souffrent de malnutritions dans les tropiques que partout ailleurs dans le monde », précise l'ONU, soulignant le rôle important que les pays de ces régions auront à jouer dans la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD).

    L'élimination de la pauvreté dans les tropiques est fortement liée aux défis de l'urbanisation et des changements démographiques, la proportion de la population urbaine vivant dans des taudis ou bidonvilles étant plus importante dans les zones tropicales.

    Selon les estimations des Nations Unies, les tropiques seront en 2050 la région la plus peuplée au monde, accueillant près des deux-tiers de la population âgée de moins de 18 ans.

    Communiqué de l'ONU

    Partagez
    Donnez votre avis
    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0