Le gouvernement déploie des efforts pour protéger l'industrie de l'exportation forestière



  • Source : ministère du Développement de l'énergie et des ressources

    Le gouvernement provincial a annoncé des mesures visant à protéger et à promouvoir l’industrie forestière du Nouveau-Brunswick à la suite de la décision du gouvernement américain d’imposer des droits aux exportateurs du Nouveau-Brunswick.

    Le président du Conseil du Trésor, Roger Melanson, qui est également ministre responsable de la Politique d’expansion du commerce, ainsi que le ministre du Développement de l’énergie et des ressources, Rick Doucet, ont visité la scierie Devon Lumber, à Fredericton, aujourd’hui. L’entreprise est l’une des nombreuses entreprises touchées par la décision provisoire du département du Commerce des États-Unis d’imposer des droits compensateurs sur le bois d’œuvre canadien.

    « Ces droits sont injustes, particulièrement pour les employés, les familles et les communautés qui sont directement touchés par cette décision, a déclaré M. Melanson. Dans les faits, rien n’a changé en ce qui a trait aux circonstances qui justifient notre exemption historique, qui dure depuis 35 ans. Nous travaillons sans relâche pour veiller à ce que le Nouveau-Brunswick continue d’être exclu de telles mesures et pour défendre ses intérêts, de concert avec nos partenaires au gouvernement fédéral. »

    « Je veux que ces travailleurs, leurs familles et leurs communautés sachent ceci : votre gouvernement fera tout en son pouvoir pour préserver l’exclusion historique des Maritimes des droits imposés sur les exportations de bois d’œuvre en provenance des scieries du Nouveau-Brunswick, a affirmé M. Doucet. Cependant, nous devons veiller à ne pas prendre de mesures qui pourraient être considérées comme des subventions, ce qui pourrait exacerber la situation. »

    « Le secteur forestier constitue un rouage essentiel de l’économie du Nouveau-Brunswick », a dit le propriétaire de Devon Lumber, Harry Gill. « Il s’agit d’un secteur qui crée des emplois dans les communautés de l’ensemble de notre province. C’est pourquoi nous devons tous travailler ensemble pour régler rapidement cette situation. »

    Le gouvernement continuera de faire valoir l’argument selon lequel le Nouveau-Brunswick devrait être exempté de tels droits en raison de la dynamique de son marché. Il prendra également les mesures suivantes :

        demander l’ouverture immédiate des négociations afin de veiller à ce que le bois d’œuvre en provenance des Maritimes soit exclu des droits compensateurs;
        nommer un négociateur principal pour représenter les intérêts du Nouveau-Brunswick à Ottawa et à Washington dans ce dossier; et
        diriger des missions commerciales afin de cibler les marchés en croissance en Europe et en Chine afin d’aider les entreprises à diversifier leurs activités.

    Le vice-premier ministre, Stephen Horsman, dirigera une mission commerciale en Chine ce printemps, à laquelle participeront des exportateurs de produits forestiers. M. Melanson dirigera une mission semblable en Europe. Une mission de suivi est prévue en Chine à l’automne.

    « Ensemble, les intervenants de l’industrie et le gouvernement adoptent une approche unifiée », a indiqué le directeur général de Forêt NB, Mike Legere. « Nous continuerons de faire valoir que nos pratiques commerciales sont équitables, que nous respectons les règles en vigueur et que nous agissons ainsi depuis plus de 35 ans. »

    De plus, MM. Melanson et Doucet organiseront une rencontre, au cours des prochaines semaines, entre des représentants de l’industrie du Nouveau-Brunswick et le gouvernement fédéral.

    « Tous les intervenants, petits et grands, unissent leurs efforts pour réussir à traverser cette période d’incertitude », a déclaré Glen Warman, vice-président de l’approvisionnement en bois chez Marwood Ltd. à Traceyville. « Nous sommes favorables à l’approche adoptée par le gouvernement provincial et contents de voir qu’il agit pour protéger et promouvoir l’industrie du Nouveau-Brunswick. »

    Le premier ministre, Brian Gallant, et d’autres représentants gouvernementaux se livrent à un lobbying actif auprès du gouvernement fédéral et du gouvernement des États-Unis, depuis 2014, afin d’appuyer l’exclusion du Nouveau-Brunswick. Le gouvernement provincial a formulé des propositions auprès du département du Commerce des États-Unis, réclamant un marché ouvert et exempt de distorsion pour le bois d’œuvre du Nouveau-Brunswick. M. Melanson était à Boston la semaine dernière pour discuter de la question avec des représentants du gouvernement de l'État du Massachusetts, et il a fait de même dans le cadre d’une mission de promotion à Augusta, au Maine, plus tôt ce mois-ci.

    Partagez
    Donnez votre avis
    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0